Passer au contenu principal

Les arbres, ennemis des écoliers

Lucien Fortunati

Carouge, 29 décembre Incroyable! Après la demande du mois de novembre des écologistes genevois d’un moratoire sur les abattages, un conseiller administratif carougeois, Nicolas Walder, écologiste, fait abattre 200 arbres, dont 30 considérés comme malades, pour l’entretien de la forêt de Pinchat.

Selon ses dires (voir la «Tribune de Genève» du 28 décembre), il faut «sécuriser les bois» car «les bois n’ont pas été entretenus depuis vingt ans et qu’ils présentent des problèmes de sécurité»; il rajoute un hélicoptère pour «préserver la biodiversité», et pis, il complète avec «la sécurité pour les écoliers qui traversent cette forêt»… À la bonne heure, le petit chaperon rouge aurait dû se méfier des arbres plutôt que du grand méchant loup!

Et pourquoi ne propose-t-il pas la disparition de la forêt pour installer une route pour les élèves? Un peu de sérieux, la proportion d’accidents en forêt est ridicule, ce n’est rien par rapport aux accidents de voiture. Pour rappel, les spécialistes déclarent que les forêts naturelles résistent mieux que les forêts plantées et laissent complètement la forêt faire son travail. Prétendre que ces travaux sont utiles pour le «maintien de la forêt de Pinchat» laisse pantois. Sûr que le conseiller d’État Antonio Hodgers, écologiste, autorisera ce projet, puisque la statistique ne prend pas en compte les abattages en forêt…

Séverin Brocher

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.