Passer au contenu principal

L'alliance atlantique: fin ou transformation?

Suite à la conférence sur la sécurité de Munich (14-16 février) et au lancement des primaires démocrates, une réflexion sur la relation Europe/États-Unis apparaît souhaitable.

Donald Trump est un homme d’affaires qui est habitué à verser de l'argent pour en gagner. Il voit que les Européens préfèrent vivre tranquillement dans l'ombre des USA, sans faire d'efforts pour financer leur propre sécurité. C'est de ce constat que découlent les appels de Trump à un relèvement de la contribution européenne au budget de l'OTAN, dont les Etats-Unis assurent traditionnellement la plus grande part. L'Europe a le choix soit accepter les revendications de Trump soit d'envisager les moyens d'augmenter sa propre sécurité, sans se fier à la présence militaire américaine.

Si l'Europe veut à l'avenir davantage assumer la responsabilité de sa propre sécurité, il serait tout à fait réaliste de créer un équivalent de l'OTAN à l'échelle européenne, un vieux débat qui date des origines de la construction européenne. Les Allemands et les Français doivent assumer un rôle important dans la politique européenne de sécurité et de défense. Grâce à la politique de Trump, cette idée de défense européenne redevient d'actualité. Avec Trump, l'Europe est donc désormais fixée: elle ne peut plus compter sur les Etats-Unis et elle doit se donner les moyens d'assurer elle-même sa protection. Donald Trump a témoigné si ouvertement le mépris que lui inspiraient les partenaires européens que l'alliance atlantique est appelée à se transformer.

C'est peut-être l'unique mérite de Trump que d'avoir été franc envers l'Europe: l'après-guerre est révolue, l'Europe ne peut plus se fier aux Etats-Unis par défaut, le continent doit faire un usage politique et militaire de sa force économique, faute de quoi il perdra tout son poids et sortira de l’histoire. L'Europe doit devenir géo-stratégiquement plus forte et plus autonome. Mais elle ne sera puissante qu'à condition de résoudre ses problèmes intérieurs. Macron doit réussir ses réformes sans condamner une partie des Français à la précarité. Angela Merkel doit entamer l'utilisation des surplus financiers allemands pour dynamiser les investissements et la reprise européenne. L'Italie doit assainir son système financier. La zone euro doit assumer une fois pour toutes sa responsabilité dans la crise de la Grèce. Et l'UE doit se réformer et se reformer autour du Parlement européen.

Il faut éviter un désengagement militaire trop rapide des Etats-Unis en Europe car cela entraînerait un vide stratégique dangereux. Les Etats membres de l'UE doivent continuer d'aspirer à de bonnes relations avec les Etats-Unis car le monde occidental doit rester solidaire. Mais l'ordre mondial est en train de changer et le changement n'est pas aussi dramatique qu'il n'y paraît. Une Europe qui renforce la collaboration en son sein et qui assume davantage de responsabilités pourrait avoir des effets vertueux pour elle-même et pour le reste du monde.

Pour réussir à s'émanciper, la politique étrangère de l'Europe devra être différente de celle menée jusqu’ici, les cas libyen et syrien sont révélateurs de nos erreurs. Pour ce qui est de la politique intérieure, elle devra trouver son «European way of life» qui ne sera pas une simple copie du modèle américain.

Exploiter les crises pour approfondir le processus d'unification est un grand classique dans le répertoire de la politique européenne. Avec le Brexit les Britanniques sont partis, maintenant nous sommes enfin libres pour oser plus d’intégration européenne. La réélection quasi certaine à la présidence américaine de Trump, qui restera toujours hostile envers l'UE, est aussi une chance pour les politiques européens. Trump est un défi auquel l'UE doit réagir avec intelligence et avec une meilleure cohésion entre ses Etats membres.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.