Âgé de 150 ans, «Le Courrier» est toujours debout

L’invité

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En ces temps difficiles pour la presse, il vaut la peine de s’arrêter sur une bonne nouvelle: «Le Courrier» fête ses 150 ans, ce qui en fait le plus vieux quotidien genevois. Un journal farouchement indépendant et dont la capacité de survie a de quoi stupéfier le landerneau depuis des années.

Je ne m’attarderai pas sur l’histoire du journal qui, d’une certaine manière, fut toujours rebelle. L’exposition «Le Courrier: Irréductible!» l’illustre de façon éloquente (1). Je m’interrogerai plutôt sur les raisons qui permettent à ce journal de survivre, avec un nombre d’abonnés qui oscille autour des 8300, apparemment envers et contre toute logique.

Premier ingrédient de la recette miracle: «Le Courrier» est une entreprise sans but lucratif. Aucun propriétaire n’en attend de retour financier, tous les revenus sont réinvestis. De fait, les employés du Courrier – journalistes, graphistes, administratifs – sont maîtres à bord. Aucune décision concernant le journal et son avenir ne leur échappe. Une forme d’autogestion qui n’est pas toujours facile à vivre, mais se révèle très motivante. Y compris quand des sacrifices salariaux sont requis.

Deuxième ingrédient, le plus important sans doute, «Le Courrier» jouit d’un soutien indéfectible de la part d’un lectorat qui approuve sa ligne éditoriale engagée. Quand il y a deux ans, acculé financièrement, le journal a supprimé son édition du samedi, on n’a noté aucun signe notable de défection. Les tarifs d’abonnements ont été remodelés à la même occasion, avec l’introduction d’un tarif «à prix coûtant» et le renchérissement des abonnements «de soutien». Ces nouveaux tarifs, auxquels plus du tiers des lecteurs ont souscrit, ont jusqu’à ce jour compensé financièrement l’érosion du nombre d’abonnés, à laquelle «Le Courrier» n’échappe pas. Enfin, cerise sur le gâteau, le journal récolte chaque année environ 300 000 fr. de dons, sans lesquels il ne pourrait pas boucler ses comptes.

En troisième lieu, «Le Courrier» souffre moins que d’autres quotidiens de la chute de la publicité. Cette dernière ne représentant que le 20% de ses revenus, les pertes que ce journal enregistre comme les autres dans ce domaine pèsent moins lourd. À préciser que le subventionnement fédéral des frais postaux – dont «Le Courrier» bénéficie après s’être battu pour l’obtenir - est précieux lui aussi.

Certes, l’équilibre financier du «Courrier» reste extrêmement fragile. Pour assurer son avenir, il devra réussir son opération 150e, dont l’objectif est de gagner de nouveaux abonnés, notamment en dehors de Genève. Mais son histoire et sa résistance n’en tracent pas moins des pistes pour assurer la pérennité du journalisme: tout miser sur le sérieux et l’originalité du contenu. Et ainsi persuader le public – que ce soit individuellement ou collectivement – qu’il vaut la peine de payer pour un journalisme de qualité. (TDG)

Créé: 19.01.2018, 13h00

* Dominique von Burg est membre du Comité de la «Nouvelle Association du Courrier».


Irréductible, l'exposition sur les 150 ans du Courrier est présentée du 21 au 26 janvier au «Quartier libre SIG» au pont de la Machine. Elle circulera pendant plusieurs mois en Suisse romande, et fera notamment étape au Salon du livre.


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...