Adapter son logement à son âge

Lettre du jour

Image: Lucien Fortunati / Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Genève, 18 octobre

De grands mercis à la «Tribune» d’avoir traité dans sa page Solutions du 16 octobre le thème «Autonomie: quelles options avant l’EMS?» un sujet généralement trop souvent ignoré jusqu’à ce que ce soit, soudain, trop tard.

Cet article fait suite à une conférence organisée le 1er octobre à Vernier où sur 75 aîné·e·s présent·e·s, 35 affirmaient ne pas pouvoir, dans leur appartement, accéder à la salle de bains en chaise roulante ou déambulateur! Une situation particulièrement dramatique aux Avanchets.

Or sur les quelque 82 000 personnes domiciliées à Genève âgées de plus de 65 ans, et parmi ces dernières 25 000 âgées de plus de 80 ans, seule une minorité vit dans un habitat spécialement conçu et adapté pour elle. Soit environ 4000 en EMS, 1500 en IEPA et quelque 1500 dans des résidences ou d’autres structures spécifiques.

La toute grande majorité habite et habitera dans son logement habituel qui, comme on vient de le voir, présente des lacunes d’accessibilité! Il ne saurait être question de construire pour ces milliers de personnes à risque de mobilité réduite des logements spécialisés.

Il s’agit plutôt de construire, dès à présent, des logements répondant aux besoins des personnes âgées, offrant une plus-value à l’ensemble des habitants sans distinction d’âge et permettant, par de simples adaptations, d’être accessibles à tous. Ils pourront ainsi rester domiciliés chez eux dans leur quartier lorsque leurs conditions de vie se modifient, un vœu largement partagé.

Toutes les parties concernées, milieux immobiliers, autorités, personnes vieillissantes, devraient donc se préoccuper de cette question, pourtant jusqu’à maintenant largement ignorée à Genève, à la différence du canton de Fribourg avec son programme Senior+.

De plus, l’adaptation de l'article 109 de la loi sur les constructions et les installations diverses sur l'accessibilité des personnes en situation de handicap (PL 11718), votée finalement par le Grand Conseil le 1er novembre 2018 après trois ans de résistance de divers milieux, attend toujours d’être concrétisée par son règlement d’application, pourtant déjà finalisé!

Cette inaction risque de coûter cher à la collectivité comme à chacun parmi nous.

Hans Peter Graf, retraité

Le lobby de Genève Aéroport

Vernier, 16 octobre

L’Aéroport semble avoir sonné l’alarme en diligentant à tour de rôle ses administrateurs au courrier des lecteurs de la Julie. Jacques Jeannerat s’y est donc collé.

Or, quelques précisions et compléments sont nécessaires à sa missive parue le 16 octobre.

Tout d’abord, il y oublie d’indiquer qu’il est le président de l’Association en faveur de l’aéroport de Genève, un lobby cossu et obtus.

Ensuite, il fait fausse route dans son analyse constitutionnelle car c’est bien l’initiative 163 qui invite à l’équilibre entre les politiques environnementales et de santé publique d’un côté et celles des transports et de l’économie de l’autre. Donnant ainsi à notre Constitution genevoise le liant qui lui manque.

Enfin, le quinquennal travail de nos autorités cantonales n’est pas nié mais grandement amélioré grâce l’IN163. C’est le moins que l’on puisse faire lorsque l’on sait à quel point ce travail a été froidement foulé aux pieds par la fiche PSIA du Conseil fédéral entérinant le droit d’augmenter le bruit et les nuisances de l’aéroport, et devant lequel le contre-projet se contente de courber l’échine.

Yvan Rochat, président de l’ATCR (Association transfrontalière des communes riveraines de l’aéroport)


Des fleurs pour un comédien

Genève, 2 octobre

Bravo à la «Tribune»! Pour quelle raison? Avoir consacré une page à ce magnifique acteur, Christian Grégori. Quelle prestance, quelle présence en scène, il fait oublier quelque peu ses partenaires, on ne voit que lui. Cela fait bien des années que j’admire Monsieur Grégori. En fait, je l’avais découvert dans «L’Habilleur» aux côtés de Georges Wod, à tel point que je me dirigeais chaque samedi soir à Carouge pour revoir la pièce. Se souvient-on des «Cochons d’Inde»? J’avoue avoir quitté le Poche tout angoissée et pendant un certain temps la crainte de pénétrer dans une banque… Voilà ce que Christian Grégori nous apporte. Il donne très envie d’aller au théâtre; fort heureusement les théâtres genevois sont proches de mon domicile. N’est-ce pas Marcel Proust qui écrivait à peu près ceci: «Je pourrais habiter n’importe où pourvu qu’il y ait un théâtre et une bibliothèque près de chez moi»?

Merci à ce talentueux acteur. Je voudrais également rendre hommage à son épouse, la merveilleuse Maria Métral que nous ne voyons pas assez. Mes plus belles pensées vont à ce couple.

Denise Keller


Pour la défense des blonds

Genève, 19 septembre

Je tiens par ces quelques lignes à interpeller les lecteurs par un sujet inopiné et pourtant qui mérite amplement attention. Sourions un peu… Voici: je décide de créer à Genève une association pour la défense des blonds. Pourquoi cette idée saugrenue? Eh bien il suffit de prendre trois ou quatre fois le bus à Genève ou déambuler dans nos rues pour apercevoir avec surprise réelle que nos blonds ont presque tous disparu! Et ne parlons pas des roux, qui n’existent pratiquement plus. Avec le métissage énorme que subit la ville de Calvin, les cheveux partout sont de plus en plus foncés.

Et que remarquons-nous à la TV et dans les BD? Que l’homme est à 90% représenté avec des cheveux noirs et la femme (immanquablement) doit être blonde. L’histoire de la belle et de la bête selon Cocteau? Revenons à nos moutons: Vive la défense des blonds à Genève… et ailleurs!

Daniel Gremaud


L’assurance maladie

Genève, 17 octobre

En cette année électorale, vous vous êtes tous vantés dans la presse que l’augmentation des primes d’assurance de base ne dépasseront pas le 0,29% et qu’elles baisseront même en Suisse romande.

Monsieur Berset a même salué cette bonne nouvelle à la RTS le 24 septembre.

Expliquez-moi pourquoi, alors que j’ai choisi l’assurance avec médecin de référence pour remédier à ces éternelles énormes augmentations, ma prime prend l’ascenseur avec 4% de plus en 2020?

Où sont les personnes qui vérifient ces abus de la part d’Assura, qui se vante, elle aussi, d’être la plus basse de Suisse?

Profite-t-elle de sa position pour extorquer de l’argent à ceux qui cherchent à faire des économies et surtout aux plus malades qui choisissent la franchise à 300 francs, les obligeant ainsi à voir grimper leur prime sans rien pouvoir faire?

Quelqu’un va-t-il enfin se bouger et prendre les choses, vraiment, en main pour que cela change avant que nous finissions tous à l’Hospice général?

Yvette Etienne


Promesses électorales

Vandœuvres, 15 octobre

Dans son éditorial paru dans la «Tribune» du 12 octobre, le journaliste s’interroge sur les soudaines gesticulations de divers partis, jusqu’ici fermés à l’urgence climatique, indiquant vouloir s’engager pour en réduire l’impact.

S’agit-il de promesses électorales sans lendemain ou d’un réel

revirement? Il faut relever que, malgré sa mobilisation des jeunes surtout, la population dans son ensemble refuse toute mesure coercitive et ne désire, au mieux, que des incitations qu’elle envisage déjà de ne

suivre que si elles lui conviennent. Elle n’entend en aucun cas modifier en quoi que ce soit ses habitudes.

Or, c’est pourtant de cela qu’il s’agit. On a trop attendu et maintenant des mesures efficaces ne pourront être que dures pour remettre en cause les acquis. À défaut, elles ne serviront à rien. Il faut craindre que les promesses électorales ne visent pas autre chose que de montrer que, oui, il faut prendre des mesures, sans autre précision. Tout parti, et même Les Verts, qui s’engagera en faveur de mesures efficaces, qui ne pourront que déplaire, va se heurter à un refus et finalement les mesures envisagées seront rejetées par référendum.

Ainsi va notre démocratie. Il faut donc craindre, hélas, que les promesses électorales ne seront suivies d’aucun effet pratique.

Claude Guignard

Écrivez-nous à courrier@tdg.ch, Tribune de Genève, courrier des lecteurs, case postale 5155, 1211 Genève 11.

Créé: 21.10.2019, 14h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...