Passer au contenu principal

2300 logements à Cointrin, c’est bon pour le climat!

Dans la bouche des référendaires opposés aux modifications de zone de Cointrin, l’urgence climatique a bon dos! Pour sauver la (leur) planète, ils usent et abusent d’arguments environnementaux afin qu’on ne touche pas à leur pré carré. Un peu d’honnêteté s’impose. On le sait: la ville dense permet de protéger les sols agricoles et les espaces naturels. Mais la ville dense est aussi plus durable car elle sauvegarde le climat. À l’échelle du canton de Genève, une zone villas émet en moyenne cinq fois plus de CO2 qu’un nouveau quartier bâti avec les standards énergétiques actuels comme celui des Vergers à Meyrin. D’après les propriétaires de villas habitant le secteur et fédérés sous la bannière nuisances.ch, leur quartier serait «dangereux pour la santé» et ils affirment que «densifier augmentera la pollution sonore et atmosphérique». Ils arriveraient presque à nous faire croire que ce sont les nouveaux habitants qui polluent et non pas les avions ou les voitures. Je me suis baladé dans ce quartier et je vous assure qu’on y ressent globalement plus de calme qu’ailleurs en ville.

C’est qu’on voit naître aujourd’hui une nouvelle fronde – née d’une alliance de circonstance entre propriétaires de villas, partis anti-immigration et défenseurs des arbres – qui affirme en substance que si l’on se contentait de loger les vrais Genevois, on pourrait arrêter de construire pour protéger la nature. Ne nous laissons pas embarquer par cet argumentaire glissant qui pervertit les valeurs écologiques pour en faire des barricades.

La transition écologique sera solidaire ou ne sera pas. De tout temps, la richesse culturelle des nouveaux arrivants a fait la prospérité de Genève.

La véritable cause d’augmentation des nuisances à Genève, c’est que nous souffrons toujours et encore d’une extrême pénurie de logements. Les habitants de notre agglomération s’installent donc toujours plus loin en France voisine. Et toujours plus loin, c’est toujours plus de mitage du territoire, de voitures pendulaires, bref de CO2! Certaines densifications ont fait l’objet de vives critiques en partie justifiées: manque de végétation, trop minéral, trop gris... Mais de nombreux très beaux projets ont aussi vu le jour et peuvent servir d’exemples pour l’avenir. Citons simplement le quartier de la Tulette, où de hauts immeubles s’insèrent harmonieusement dans un parc de chênes centenaires, ou encore l’immeuble Minergie P-Eco de la coopérative Codha à la route Jean-Jacques-Rigaud avec un revêtement de bois et lui aussi entouré d’arbres anciens.

À Cointrin, 2300 logements durables pourront voir le jour en maintenant les beaux arbres en place et en créant un réseau d’espaces publics et de parcs, qui manquent cruellement aujourd’hui dans ce secteur. La ville est un système vivant produit par ses habitants. Plutôt que de la figer, de l’empêcher d’évoluer ou de la fuir, nous devons l’habiter et nous battre pour qu’elle devienne plus verte et plus durable.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.