Passer au contenu principal

Élection au Conseil d’ÉtatQui ravira le siège de Pierre Maudet?

Sans surprise, le politologue Pascal Sciarini place Fabienne Fischer, la candidate Verte, et Cyril Aellen, le prétendant PLR, en tête de liste. Le dénouement, lui, dépendra de plusieurs variables.

Le professeur Pascal Sciarini, du Département de science politique et relations internationales de l’Université de Genève.
Le professeur Pascal Sciarini, du Département de science politique et relations internationales de l’Université de Genève.
LUCIEN FORTUNATI

Ce lundi à midi tombait l’échéance du dépôt des listes de candidature pour le premier tour, le 7 mars, de l’élection complémentaire du Conseil d’État. L’occasion de tenter une analyse des atouts des désormais huit candidats en présence et de leurs chances avec Pascal Sciarini, professeur de science politique à l’Université de Genève. Au petit jeu des pronostics, voici en trois points les pièges à éviter.

Se méfier des additions

Premier élément important, dans une élection au système majoritaire comme celle-ci, un simple décompte de la force électorale potentielle des candidats n’est pas l’assurance d’une bonne prédiction. «La personnalité des candidats, leur capacité à mobiliser et à aller chercher des voix au-delà de leur base est importante, commente Pascal Sciarini. Reste que dans une logique majoritaire, c’est un avantage de pouvoir disposer d’une bonne base électorale et de pouvoir compter sur des alliances. C’est pour ces raisons que l’écologiste Fabienne Fischer et le libéral-radical Cyril Aellen peuvent être qualifiés de favoris. Ils ont chacun une base forte et pourront compter sur les appuis du PS pour la première et du PDC pour le second.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.