Passer au contenu principal

CoronavirusQuatorze cas ces sept derniers jours à Neuchâtel

La pandémie reprend de la vigueur dans le canton. Le port du masque pourrait devenir obligatoire dans les commerces en cas de dégradation.

Le canton de Neuchâtel reste dans une situation de drapeau bleu, caractérisée par des cas sporadiques (archives).
Le canton de Neuchâtel reste dans une situation de drapeau bleu, caractérisée par des cas sporadiques (archives).
KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Le canton de Neuchâtel reste encore touché de manière sporadique par la pandémie de Covid-19 mais quatorze cas ont été enregistrés ces sept derniers jours. Le port du masque pourrait devenir obligatoire dans les commerces en cas de dégradation sanitaire.

Si le drapeau reste bleu, «l’épidémie reprend de la vigueur dans le canton de Neuchâtel. Le retour de voyages, des festivités nocturnes et des contacts avec l'Arc lémanique sont les sources principales des nouvelles contaminations. Un quart des cas reste de source inconnue», a déclaré mercredi à Colombier (NE) Laurent Kaufmann, médecin cantonal adjoint.

Le canton de Neuchâtel compte treize personnes en isolement, 33 en quarantaine et 314 personnes en quarantaine en lien avec des retours de vacances. «La vigilance s’impose en matière de retour de voyage, y compris pour les pays qui ne sont pas à risque, car des cas positifs proviennent actuellement des personnes ayant été en vacances à Malte», a ajouté le médecin cantonal adjoint.

Pas de cluster

«Contrairement à d’autres cantons, Neuchâtel a la chance de ne pas avoir de cluster, si ce n’est deux ou trois foyers familiaux», a expliqué Laurent Kaufmann. Aucun cas n’a été enregistré dans les EMS depuis un mois.

«De nouvelles mesures de restriction ne sont pas un but en soi mais ne seront prises que si la situation devait se dégrader, afin que la population les accepte et les respecte», a expliqué Laurent Kurth, conseiller d’Etat. Le port du masque n’est donc pas actuellement obligatoire mais reste fortement recommandé dans les commerces, surtout en cas de forte affluence.

Le canton de Neuchâtel ne va pas non plus pour l’heure décider de fermer les boîtes de nuit. «Si la situation devait se dégrader, nous sommes toutefois prêts à les fermer», a précisé Pascal Lüthi, remplaçant du chef de l’état-major de conduite de crise.

Le «calme actuel» à Neuchâtel est lié au fait qu’il y a eu moins de brassage que dans d’autres cantons, au bon respect des mesures sanitaires par la population et à l’intensité des contrôles», a expliqué Laurent Kurth, conseiller d’Etat.

Entre avril et juillet, plus de 2400 contrôles ont été effectués dans les commerces, les installations sportives, les restaurants, les entreprises et les crèches notamment. Dès la semaine prochaine, les contrôles seront en hausse.

ATS/NXP