Passer au contenu principal

Encre bleueQuand les chats sont loin…

Pixabay

Tandis que nous autres humains confinions grave dans nos tanières, les animaux, eux, prenaient leurs aises en plein air. Pour un peu, ils auraient fini par nous oublier, et s’en accommoder. Quand les chats sont loin, les souris dansent…


Mais c’est terminé. Fini la rigolade. La reprise des activités humaines chasse des zones urbaines les aventuriers à poil ou à plumes qui s’y risquaient depuis la mi-mars.
Certains citadins garderont de ces semaines étranges le souvenir ému d’un renard entraperçu derrière une haie ou de geais se posant presque devant leurs pieds sur des sentiers de promenade.

Une Troinésienne me raconte ainsi une rencontre inédite faite lors d’une marche avec son mari. Alors qu’ils cheminent sur la petite route menant à la douane de Pierre-Grand, un beau lièvre déboule soudain à vive allure dans un champ voisin.


Il en fait le tour comme une flèche. Les promeneurs n’ont pas le temps de se remettre de cette apparition magique qu’un deuxième lièvre, une hase sans doute, entre dans la danse. Tous deux font la course, et c’est magnifique de les observer avant qu’ils ne filent hors de leur vue. Mais le spectacle continue: un lapereau arrive à son tour en face des bipèdes, s’approche jusqu’à deux mètres d’eux puis détale en prenant ses pattes à son cou. Ils n’ont pas pu suivre!

À l’autre bout de la campagne genevoise, Christine, elle, est assise derrière une fenêtre. Son attention est attirée par un chat noir, rodé sans doute aux habitudes du coin. Car il traverse la route pas n’importe où…
«Vous me croirez ou pas, me dit-elle, mais il s’est engagé à petits pas sur un passage de sécurité et un automobiliste s’est arrêté pour le laisser passer. Trop drôle!» L’histoire ne dit pas si le chat a salué de la queue, ou de la moustache, cet humain si bien élevé.