Passer au contenu principal

Mesures sanitaires à l’écoleQuand la confusion gagne les goûters des élèves

Contre le coronavirus, une école genevoise interdisait les gâteaux qui n’étaient pas industriels. Elle a dû revenir en arrière face à la fronde.

Les enfants ne doivent plus partager leur goûter et ne peuvent avoir de gâteaux faits par leurs parents à l’occasion d’un anniversaire fêté en classe.
Les enfants ne doivent plus partager leur goûter et ne peuvent avoir de gâteaux faits par leurs parents à l’occasion d’un anniversaire fêté en classe.
Getty Images

«Entre la première communication puis la seconde, on ne sait plus vraiment ce que nos enfants ont le droit d’amener à l’école.» Comme Marie, maman d’une élève de l’école primaire de Perly-Certoux, dans le canton de Genève, de nombreux parents perdent leur latin avec les nouvelles règles concernant les goûters des enfants. Sur ordre de la médecin cantonale, en raison de la flambée des cas de coronavirus au bout du lac, ils ne peuvent plus être partagés entre les bambins. Et les fêtes d’anniversaires sont prohibées. Enfin presque.

«Entre la première communication puis la seconde, on ne sait plus vraiment ce que nos enfants ont le droit d’amener à l’école.»

Marie, maman d’une élève de l’école primaire de Perly-Certoux

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.