Passer au contenu principal

Identité électroniquePrivée ou publique, l’e-ID est considérée comme risquée

Deux experts préviennent: du point de vue de la sécurité et de la protection des données, le projet soumis au vote le 7 mars poserait des problèmes.

Le peuple se prononcera le 7 mars sur la loi fédérale sur les services d’identification électronique.
Le peuple se prononcera le 7 mars sur la loi fédérale sur les services d’identification électronique.
AFP

Dans moins de deux semaines, les Suisses diront s’ils acceptent la loi fédérale sur les services d’identification électronique. Le texte vise à créer une carte d’identité unique afin d’accéder à de multiples services sur internet. Parmi ses partisans, on compte Karin Keller-Sutter, conseillère fédérale chargée du dossier, mais aussi la majorité des partis bourgeois.

Certifiée par l’État, cette e-ID serait toutefois fournie par des acteurs privés, comme La Poste, les CFF, Swisscom ou encore des banques. Arnaque, s’exclament les opposants, qui dénoncent une privatisation inacceptable d’une tâche régalienne. Ceux qui portent l’estocade sont avant tout des partis de gauche, mais aussi les syndicats.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

Articles en relation