Passer au contenu principal

Ode à la naturePrendre le temps de s’émerveiller

Jusqu’au 16 août, le Théâtre de l’Orangerie (TO) invite son public à un spectacle sous forme de visite guidée dans la nature luxuriante du parc La Grange.

Les deux artistes Catherine Favre et Mathieu Loth invitent les Genevois à s’émerveiller.
Les deux artistes Catherine Favre et Mathieu Loth invitent les Genevois à s’émerveiller.
DOROTHÉE THÉBERT

Repousser les limites de l’imagination est une constante pour le TO. La compagnie Matikalo propose un «voyage sensoriel et poétique» aux familles genevoises au travers des bois du parc La Grange. Mais ce théâtre-ci se passe de fauteuil, de sono et de scène. Le terrain de jeu de ces artistes, c’est la nature.

Juste avant le début du spectacle, à l’ombre d’un gigantesque platane, enfants et parents commencent déjà à s’étonner face aux arbres du parc: «T’as vu comme il est beau celui-là!» s’exclament quelques voix aiguës. Ce genre de réactions, c’est ce qu’attendent les organisateurs de cette représentation haute en couleur. En interdisant portables et appareils photos, l’objectif est de laisser le public s’ébahir face à une verdure de moins en moins prise en considération. La randonnée débute le regard cloué au sol: de petits tronçons de bois sont disposés sur l’herbe pour conduire le groupe jusqu’à la forêt du parc.

Une expérience apaisante

D’un pas lent, les curieux se retrouvent face à deux personnes semblant être retournées à l’état de nature. Privées de la parole, elles guident la tribu et l’invitent à découvrir la flore variée de l’endroit. Les deux artistes, fascinés par leur environnement, refusent même de fouler les routes bétonnées du parc en préférant un chemin alternatif créé à l’aide de feuillages. Communication avec les animaux, traversée de ruisseau et de tunnel végétal, montée de colline, constructions à base de bois et de paille… toutes les activités liant l’homme à la terre sont passées en revue. En tête de peloton, les deux Robinson dansent, jouent, s’agitent, disparaissent puis réapparaissent au détour d’un nouveau phénomène naturel à observer. Entre quelques interludes musicaux interprétés par des chanteuses mêlées au public, la découverte d’un lac aux allures de mirage laisse échapper quelques cris d’émerveillement dans le groupe.

Après ce théâtre sportif, parents et enfants semblent apaisés, heureux de l’expérience. Qantu témoigne: «C’était un véritable voyage qui nous a permis de découvrir le parc. J’ai adoré le silence, le fait de simplement se laisser porter au son du vent et des oiseaux.» Bluffée par l’effet de la balade sur son fils, elle atteste: «Il a tout juste 3 ans et n’a pas été distrait une seconde: il imitait les artistes, touchait les arbres… ça a été une vraie connexion entre lui et la nature.» En guise de récompense, un verre d’eau à la menthe locale est offert aux sportifs, l’occasion pour les enfants de faire plus ample connaissance et de se remettre de leurs émotions.

«Le terrain de jeu de ces artistes, c’est la nature»

Au Théâtre de l’Orangerie les 11, 12, 13, 14, 15, 16 août à 11h. Réservations sur theatreorangerie.ch