Passer au contenu principal

CoronavirusPourquoi les Suisses n’installent pas les applis d’alerte

La Haute école zurichoise des sciences appliquées a mené une étude pour comprendre les raisons pour lesquelles de nombreuses personnes se refusaient à télécharger les applications d’alerte coronavirus. Conclusions.

Selon l’enquête, 46% des Suisses interrogés avaient installé l’application SwissCovid, soit bien plus que les Allemands ou les Autrichiens.
Selon l’enquête, 46% des Suisses interrogés avaient installé l’application SwissCovid, soit bien plus que les Allemands ou les Autrichiens.
KEYSTONE

Protection des données, crainte d’être surveillé et manque d’intérêt: ce sont trois des raisons pour lesquelles de nombreuses personnes n’installent pas les applications d’alerte coronavirus, selon un sondage réalisé en Suisse, en Allemagne et en Autriche.

La Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) a interrogé 3000 personnes dans les trois pays durant le mois de septembre. Les chercheurs voulaient savoir pourquoi certaines personnes n’installent pas sur leur téléphone portable les applications qui fournissent des informations sur un éventuel contact avec des personnes infectées avec le coronavirus.

Selon l’enquête, 46% des Suisses interrogés avaient installé l’application SwissCovid, a indiqué jeudi la ZHAW. C’est plus que ce que les autorités fédérales ont annoncé (30%). Les Allemands (38%) et les Autrichiens (18%) interrogés sont moins nombreux à avoir téléchargé les applications officielles disponibles dans ces deux pays.

Protection des données

Les préoccupations relatives à la protection des données sont la raison la plus fréquemment citée par les Suisses pour ne pas installer l’application (32%). Environ 20% des personnes interrogées craignent même que la pandémie et l’application ne soient utilisées à des fins de surveillance. Le manque d’intérêt (31%) et la difficulté à percevoir les avantages d’une telle application (26%) sont aussi mentionnés.

«Les personnes qui n’installent pas l’application semblent attacher plus d’importance à leur propre sensibilité qu’aux avantages personnels et sociaux», a déclaré Caroline Brüesch, auteure de l’étude. «Les personnes qui ont installé l’application ont une grande confiance dans le gouvernement, en Suisse en particulier pour le Conseil fédéral et les autorités sanitaires», selon Achim Lang, co-auteur.

Récemment, deux chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich ont écrit dans le magazine Science que les gouvernements doivent faire quelque chose pour que la population ait confiance dans les applications d’alerte au coronavirus. Les applications ne sont utiles que si un nombre suffisant de personnes les utilisent, soit 60% de la population selon une étude de l’Université d’Oxford.

ATS/NXP

54 commentaires
    Gaston Lagaffe

    Une telle application n'est même pas nécessaire : en effet, tout téléphone portable (y compris les modèles d'avant les smartphones) peut sans difficulté être suivi en permanence par le "saut d'antenne". Ceux qui croient que SwissCovid est une intrusion dans leur vie privée font fausse route : les appareils mobiles nous tracent à tout moment, ainsi que nos cartes clients, nos cartes bancaires, etc... parano ? alors... jetez votre téléphone mobile, renoncez à vos cartes bancaires ou de crédit et résiliez Internet !

    Pour moi, c'est juste que je n'aime pas surcharger mon appareil. Donc une application en plus, c'est un peu de ressources en moins (logique)...