Yvan Hostettler, le graphiste qui s’est mis au vert

PortraitDans les années 2000, l’Etat le mandate pour dessiner l’ensemble de la charte graphique liée au recyclage.

A la tête de Plan Vert, le graphiste Yvan Hostettler s’est fait un nom dans le graphisme «environnemental».

A la tête de Plan Vert, le graphiste Yvan Hostettler s’est fait un nom dans le graphisme «environnemental». Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La première chose qui frappe lorsque l’on rencontre Yvan Hostettler, c’est sa coupe de cheveux. Une vague poivre et sel lui couvrant le sommet du crâne. Très vite, on s’aperçoit que là-dessous, les idées bouillonnent.

Tout en vous servant un café (équitable bien sûr!) dans les bureaux de sa société Plan Vert, le graphiste genevois évoque son dernier bébé. Et pour cause, «Genève fait de l’esprit» débute demain à la villa Dutoit, au Petit-Saconnex. Faisant suite à son livre sorti en 2013, cette exposition présente une collection d’affiches et de dessins qui détournent l’écusson genevois.

Ce n’est pas la première fois qu’Yvan Hostettler examine et répertorie les détournements multiples et variés d’un symbole helvète. En 1990, il sort Cervin montagne de pub (aux éditions Olizane). Son but, à travers ce travail de collecte quasi historique, consiste à «laisser une trace». Aux yeux du quinquagénaire, il s’agit de participer à un travail de mémoire dans son domaine d’activité.

Passionné par l’histoire suisse, Yvan Hostettler a également apporté sa contribution au tricentenaire de la naissance de Rousseau, puis il a présenté trois projets (dont l’exposition) dans le cadre du bicentenaire de l’entrée de Genève au sein de la Confédération. Il a ainsi imaginé un jeu de l’oie géant retraçant l’histoire de Genève de 1789 à 1815. Ou encore organisé des ateliers autour d’une presse datant de 1874. «C’est mon flasheur qui m’a légué cet objet, explique celui qui fut imprimeur typographe avant d’être graphiste. En la réhabilitant, j’ai voulu montrer aux enfants de la génération informatique comment, pendant 500 ans, on a imprimé avec des lettres en plomb.»

L’écologie dès l’âge de 10 ans

Que ses clients se rassurent, dans le cadre de son activité professionnelle de graphiste, Yvan Hostettler utilise bel et bien l’ordinateur! Et ce, depuis belle lurette. «J’ai été l’un des premiers à me mettre à Internet. En 1997, j’organisais des déjeuners-découvertes pour mes clients. Certains pensaient que c’était une mode, que ça passerait très vite», raconte-t-il avec un large sourire. A l’époque, il vendait des sites Internet à la pelle.

Mais le grand public, lui, connaît une autre de ses créations: le sac à tri (Sakatri®). Dès le début des années 90, Yvan Hostettler s’est en effet spécialisé dans ce que l’on pourrait appeler le graphisme environnemental. Sa propre prise de conscience remonte à ses 10 ans. «J’avais participé à un nettoyage des bois de Versoix, j’avais découvert que les gens s’en servaient comme d’un dépotoir! se souvient-il. Enfant, on faisait beaucoup de montagne avec mon père, il était exclu de laisser un papier traîner, c’était une claque assurée!»

L’as du pictogramme

Après une carrière sportive dans le cyclisme, au grand air, sa conscience écolo a franchi un cap supplémentaire. Sa collaboration avec Bernard Girod, qui rachète Serbeco en 1991, va définitivement l’orienter dans cette voix verte. De la communication de la société de recyclage genevoise à la signalétique des communes du canton sur ce même thème, Yvan Hostettler devient un as du pictogramme.

Au point que dans les années 2000, l’Etat le mandate pour dessiner l’ensemble de la charte graphique liée au recyclage. Autrement dit, c’est dans son esprit et sous son crayon que naissent, par exemple, le trognon de pomme et la coquille d’œuf symbolisant les déchets de cuisine. Il complétera le panel avec un jeu des 7 familles et le fameux Sakatri.

Avant que l’on ne quitte ce bureau (avec un Sakatri en bandoulière), Yvan Hostettler finit par avouer une énième passion: pour le trombone! «Je joue dans la fanfare des «Canards des Cropettes», lâche-t-il, tout en sortant un instrument à coulisses de couleur bleu. Et d’entonner un petit air. (TDG)

Créé: 22.04.2015, 20h35

Bio express

1959 Naît le 27 février à Plan-les-Ouates.


1980
 Saison en élite au sein de l’équipe professionnelle de cyclisme TESAG.

1981 Neuf mois de tour du monde.

1983 Après des débuts à l’Imprimerie du Cachot, il crée sa société Two Cats Design, rebaptisée Graphic Emotion deux ans plus tard.

1985 Il se marie avec Joëlle, rencontrée sur les pistes de ski aux Arcs, en Savoie.

1986 Directeur artistique de Sweet Line, des vêtements pour les stations de ski.

1988 Aline naît, puis Mathilde en 1991.

1990 Sortie de Cervin montagne de pub.

1992 Il réalise des mandats pour Serbeco.

2005 Il crée le Sakatri.

2015 Genève fait de l’esprit (Villa Dutoit).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...