Passer au contenu principal

Vingt-cinq ans que Sarah Marquis marche seule, oubliant ses peurs

À l’occasion d’une conférence jeudi à Lausanne, l’aventurière jette un rare regard en arrière sur tout le chemin parcouru.

Sarah Marquis est née en 1972 à Délémont. En 2000, elle entame sa première randonnée solo de 4260 km du nord au sud des États-Unis.
Sarah Marquis est née en 1972 à Délémont. En 2000, elle entame sa première randonnée solo de 4260 km du nord au sud des États-Unis.
Sa capacité femme-caméléon lui permet de si bien s'adapter à tous les environnements qu'elle visite.
Sa capacité femme-caméléon lui permet de si bien s'adapter à tous les environnements qu'elle visite.
KRYSTLE WRIGHT
«À mon premier retour d'aventure, il m'a fallu trois mois dans mon chalet pour revenir à la civilisation. À l'heure actuelle, je peux vivre dans la nature sans rien. C'est ça la véritable liberté», ajoute Sarah Marquis, qui donnera jeudi une conférence à Lausanne.
«À mon premier retour d'aventure, il m'a fallu trois mois dans mon chalet pour revenir à la civilisation. À l'heure actuelle, je peux vivre dans la nature sans rien. C'est ça la véritable liberté», ajoute Sarah Marquis, qui donnera jeudi une conférence à Lausanne.
KRYSTLE WRIGHT
1 / 4

En plus d’être courageuse, lumineuse, bornée et inspirante, Sarah Marquis est surtout une femme-caméléon. C’est cette capacité qui lui permet de si bien s’adapter à tous les environnements qu’elle visite, en général sans s’y arrêter trop longtemps. Ainsi, avec son élégant col roulé marine et sa cascade de boucles, elle semble parfaitement à l’aise dans le lobby d’un palace, même si on perçoit assez rapidement que rester tranquille lui pèse autant que sa chienne Dolce «pour Dolce Vita, hein, pas la marque de luxe!» précise l’aventurière.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.