Passer au contenu principal

Vincent Subilia, le Vaudois qui chérit Genève

Rapprocher la Genève locale et la Genève internationale pour faire grandir le bout du lac. Telle est la cause que Vincent Subilia, s’est fixée.

Vincent Subilia.
Vincent Subilia.
Steeve Iuncker-Gomez

Rapprocher la Genève locale et la Genève internationale pour faire grandir le bout du lac. Telle est la cause que Vincent Subilia, le natif de Lausanne, s’est fixée il y a maintenant huit ans. En 2009, un événement réveille en effet en lui sa fibre militante: un référendum lancé par «quelques dogmatiques» contre l’extension de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) fait un carton auprès de la population genevoise. Le projet, soutenu par les autorités et les milieux économiques, divise néanmoins les Genevois, qui seront appelés à voter quelques mois plus tard.

«Genève s’est toujours nourrie de son ouverture au monde; face à ce référendum, il a fallu se mobiliser», se souvient l’actuel directeur adjoint de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève (CCIG). Vincent Subilia fonde donc AGIR, l’Action pour la Genève internationale et son rayonnement. But de l’association: «Sensibiliser la société civile à l’importance de la Genève internationale», indique-t-il. Plusieurs actions sont menées dans ce sens durant l’été, l’extension de l’OMC sera largement plébiscitée. Fin de l’histoire? Non, le début.

AGIR s’est transformée en une institution reconnue des Nations Unies et de la Confédération. Vincent Subilia a grandi dans son sillage. Auparavant, il était avocat spécialisé en arbitrage, membre de la direction de la banque JP Morgan à Genève puis cadre au sein du cabinet genevois de l’étude anglo-saxonne White & Case. Depuis, il joue dans une autre cour.

La gauche lui fait les yeux doux (AGIR se veut neutre politiquement), la droite aussi. Vincent Subilia choisit le PLR en 2009, avant d’en devenir le président l’année suivante. Il brigue aussi depuis l’an dernier un deuxième mandat au Conseil municipal de la Ville.

Sa carrière rebondit en 2013, quand il devient délégué à la promotion économique du canton – «j’endosse alors les habits d’ambassadeur de notre tissu économique en Russie et en Chine». Ce poste le conduira à la direction de la CCIG.

Son combat pour Genève continue de plus belle. «La CCIG, indépendante de l’Etat, sert de levier à de nombreux entrepreneurs partout dans le monde», estime-t-il, alors qu’un nombre record de visites d’Etat protocolaires se tient dans le canton. «Quand un ministre vient à l’ONU, on en profite souvent pour le faire venir à la CCIG et rencontrer nos membres, ce qui peut aboutir à de nombreux contrats.» Vincent Subilia vient d’ailleurs de rejoindre le board Fédération mondiale des Chambres de commerce, laquelle réunit 12 000 Chambres dans 130 pays, où il compte faire entendre la voix du canton.

Genève, ce père de deux enfants s’en est fait le chantre à Abidjan l’an dernier auprès des leaders économiques du continent noir. Résultat: le groupe Jeune Afrique, qui organise le Africa CEO Forum – quelquefois surnommé le «sommet davosien de l’Afrique» – se tiendra à l’hôtel Intercontinental en mars prochain. Plus de mille personnalités de plus de quarante pays africains sont attendues pour ce grand raout, ce qui remplira de nombreux hôtels et qui doit resserrer d’autant plus les liens entre le bout du Léman et l’immense continent émergent. Signe des enjeux, le ministre suisse de l’Economie, Johann Schneider-Ammann, sera également de la partie.

«Nous avons convaincu le groupe Jeune Afrique d’organiser le congrès à Genève en leur disant qu’on pouvait mobiliser la communauté des affaires de la région. Ce n’était pas évident car il y avait de nombreuses autres candidatures.» La réussite s’ajoute à la présence de la Genève internationale.

Sans cette dernière, «Genève ne serait pas une capitale mais un confetti sur la carte du monde». Dans le cadre du Africa CEO Forum, plusieurs ministres africains seront invités à la CCIG pour développer des liens entrepreneuriaux entre l’arc lémanique et le continent.

----------

Biographie

1975Naissance le 22 mai à Lausanne.

2003Brevet d’avocat.

2009Vice-président chez JP Morgan à Genève, où il aura travaillé huit ans.

2009Fonde l’association AGIR pour sensibiliser la société civile à l’importance de la Genève internationale.

2011Entrée en politique, au PLR. Nommé à la présidence du parti en 2012. Il siège depuis au Conseil municipal de la Ville.

2015Nommé directeur adjoint de la CCIG.

Janvier 2017Devient membre du Conseil de la Fédération mondiale des Chambres de commerce, qui réunit 12 000 Chambres dans 130 pays.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.