Passer au contenu principal

Rencontre avec Badia El Koutit, l’ange des migrants arabes

Arrivée à Genève en 1990, Badia El Koutit dirige aujourd’hui l’Association pour la promotion des droits humains.
Arrivée à Genève en 1990, Badia El Koutit dirige aujourd’hui l’Association pour la promotion des droits humains.
Georges Cabrera/Tribune de Genève

Elle a le regard franc, l’élégance raffinée des femmes arabes et un talent d’écoute indéniable. Plongée chaque jour dans la réalité ingrate de nombreux migrants, Badia El Koutit maîtrise l’art de la diplomatie. Son Association pour la promotion des droits humains (APDH), créée en 2008, collabore au Festival international du film oriental de Genève qui démarre vendredi. «Une manifestation en phase avec mon engagement, confie cette Marocaine établie en Suisse depuis plus de vingt-cinq ans. Elle sort des clichés couscous, voile et danse du ventre, grâce à des films qui renforcent le lien entre Orient et Occident.»

Depuis la permanence téléphonique de l’APDH, Badia El Koutit gère à la fois l’intégration et l’orientation des personnes originaires des pays arabes. «Notre ONG est apolitique et non religieuse, insiste la fondatrice. On travaille en étroite collaboration avec la Ville et le Bureau cantonal de l’intégration, tout en restant une petite équipe totalement indépendante.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.