Passer au contenu principal

L’impossible retraite d’un assoiffé de la vie

Le directeur général de Romande Énergie, Pierre-Alain Urech, passe gentiment la main, mais prend du grade au conseil d’administration des CFF.

Jean-Paul Guinnard

Pas facile d’envisager la retraite quand on a passé sa vie à courir au travers d’une vie professionnelle bien remplie. C’est ce qu’on découvre en écoutant Pierre-Alain Urech. Il a pris le temps de s’arrêter, entre deux trains. À 64 ans, celui qui a mis en place une profonde transformation de la société Romande Énergie a décidé de laisser la place de directeur général qu’il occupe depuis quinze ans. S’il dit vouloir «profiter de la vie», ses proches attendent sans doute de voir. Cet infatigable travailleur siège encore dans plusieurs conseils d’administration et vient d’être nommé vice-président de celui des CFF.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.