Passer au contenu principal

L’encre bleuePlus la gêne est grande…

FLORIAN CELLA

Les personnes qui ne sont pas en quarantaine et qui peuvent encore mettre le nez dehors l’auront remarqué. C’est plutôt désert en ville. C’est le temps béni des patates. Les vacances scolaires, quoi. À ce propos, la faute parlant d’elles dans l’Encre Bleue de samedi a été corrigée sur le site de l’État de Genève. Bravo, belle réactivité!

Je me prends alors à rêver, en cette période de relâche totale, que le même État révise un brin sa façon de gérer le stationnement sur le domaine public. Égalité de traitement pour tous, c’est peut-être trop demander. Mais un petit effort, mmh?

Pour avoir déposé mon deux-roues 7 centimètres à côté de la place réservée aux motos, j’ai reçu une prune de 120 francs. Pas de chance, mais bon, quand on n’entre pas dans les cases, on casque.

Pas tout le monde, en fait. Exemple? Dans la zone industrielle promise à un autre destin, il est une incongruité, rue Antoine-Jolivet. Là où des camions, avec ou sans remorque, chargent de la marchandise depuis un entrepôt. Auparavant, sur ce site propriété de l’État, les camions venaient se garer latéralement au bâtiment pour faciliter la manœuvre. C’était prévu pour. Or, des places de stationnement pour les voitures ont été créées à cet endroit précis. Drôle d’idée!

Car les poids lourds sont désormais obligés de se positionner perpendiculairement à la rue pour accéder au quai de chargement. Ce faisant, ils empiètent de quelques mètres sur la chaussée, quand ils ne bloquent pas totalement la circulation. Ah que c’est malin!

Là, tout le monde ferme les yeux… Normal. On ne va pas amender ceux qui bossent et qui ne peuvent pas faire autrement. Et puis la location des places de stationnement rapporte sans doute plus à l’État qu’une éventuelle contravention.

Faut croire que plus la gêne est grande, mieux ça passe! Enfin, façon de parler…

5 commentaires
    Yannick

    Quand je vois des dizaines de deux roues garés sur les trottoirs à la Jonction (rond-point) aux Acacias (station Shell) et un peu partout à Genève, je me dit que vous n'avez pas eu de chance... Parlons aussi des places livraisons toujours utilisées comme places de stationnement. De la rue du Rhône interdite aux voitures depuis 1993... Genève restera toujours un endroit bizarre pour moi !