Passer au contenu principal

Cinéma«Pieces of a Woman», la pêche miraculeuse de Netflix

Ce drame terrible de Kornél Mundruczo amorce un virage vers le grand cinéma d’auteur dont la plateforme rêve.

Shia LaBeouf et Vanessa Kirby dans «Pieces of a Woman», drame de Kornél Mundruczo.
Shia LaBeouf et Vanessa Kirby dans «Pieces of a Woman», drame de Kornél Mundruczo.
DR

Images antinomiques, irréconciliables. Entre la grisaille d’un chantier maritime et le frémissement printanier de frondaisons verdoyantes, premier et dernier plans de «Pieces of a Woman», il y a tout un film qui se déploie. Un torrent d’émotions durant lequel peu de répit nous sera accordé. Ce que conte ce nouveau métrage de Kornél Mundruczo, c’est l’impossible tragédie d’un enfant mort à la naissance, drame destructeur basé d’ailleurs sur ce qu’a vécu le cinéaste hongrois avec sa scénariste et qu’il a choisi d’adapter pour des raisons cathartiques aisées à deviner.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.