Passer au contenu principal

Interview d’un éternel moderne Philippe Garrel monte toujours aux barricades de l’amour

Dans «Le sel des larmes», le cinéaste dépêtre les histoires de cœur de Luc, 20 ans, face à trois amantes et à un père philosophe.

Geneviève (Louise Chevillotte) incarne la femme rassurante avec qui se marier, perspective qui n’attire Luc qu’un temps.
Geneviève (Louise Chevillotte) incarne la femme rassurante avec qui se marier, perspective qui n’attire Luc qu’un temps.
SISTER / DR
André Wilms incarne le père de Luc. «Mais ce n’est pas une histoire autobiographique que je raconte», affirme le réalisateur Philippe Garrel.
André Wilms incarne le père de Luc. «Mais ce n’est pas une histoire autobiographique que je raconte», affirme le réalisateur Philippe Garrel.
SISTER / DR
Luc (Logann Antuofermo) pense trouver la femme absolue (Souheila Yacoub, jeune actrice suisse).
Luc (Logann Antuofermo) pense trouver la femme absolue (Souheila Yacoub, jeune actrice suisse).
DR / SISTER 
1 / 3

Au 28e film, le réalisateur Philippe Garrel ne se lasse pas de scruter les couples et leurs errances amoureuses. Dans «Le sel des larmes», le peintre des sentiments pose en touches précises ses images noir et blanc, une voix off monocorde dans un tableau épuré qui réduit les accidents artificiels. Son héros, fils d’ébéniste, rêve de Paris, de réinventer le mobilier. De femmes aussi. Son père vieillissant, artisan provincial, le laisse tenter les rêves qui lui appartenaient jadis, quand lui aussi eut 20 ans. À la Ville Lumière, Luc séduit une femme enfant, oublie sa fiancée de province, cède face à une vamp. Lâche, audacieux, inquiet… toute une jeunesse se ramasse dans ce portrait des cœurs brisés.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.