Womanity: dix ans d’actions pour l’émancipation de la femme

Palexpo - Centre de CongrèsLa vente aux enchères, avec ses lots uniques, et un show sur-mesure ont comblé le millier d’invités.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Avec sa barbe épaisse et ses cheveux en bataille, Yann Borgstedt, fondateur de The Womanity Foundation, passerait plutôt pour un baroudeur. Depuis dix ans, il a pris le parti de lutter pour l’émancipation des femmes autour de la planète. Investissant les fonds récoltés dans des pays comme l’Afghanistan, l’Inde, le Brésil ou la Palestine. «Je ne le fais pas pour me faire du bien à moi-même», souligne-t-il. «J’ai une approche entrepreneuriale de la philanthropie: pour chaque dollar, je me demande toujours ce que je peux faire de plus pour apporter mon aide et avoir de l’impact sur la vie de ces femmes.»

Depuis sa création en 2006, sa fondation a en tout cas prouvé son efficacité et son sérieux. En créant une radio, Nisaa FM, au Moyen-Orient. Ou en soutenant l’une des plus grandes écoles pour filles à Kaboul. «On ne peut pas tout faire nous-mêmes», précise Yann Borgstedt. «On fait partie d’un écosystème, on doit aller chercher les compétences là où elles se trouvent. Peu importe qui agit sur le terrain, notre objectif est d’améliorer la qualité de la vie.»

Mais, jeudi soir, Yann Borgstedt s’est transformé en G.O. pour une soirée de gala qui a réuni près de 1000 personnes à Palexpo. Un passage obligé. En 2014, l’événement avait rapporté 2 millions de francs à Womanity, une somme qui a été entièrement consacrée à ses quatre projets. «Quand j’organise ce genre de soirée, je deviens un mendiant professionnel», sourit le président. «Je fais beaucoup de demandes, autour de moi, pour trouver des partenaires (ndlr: 500 000 francs en cash, le reste en nature) et, aussi, pour que les lots proposés aux enchères restent exceptionnels.»

Ils l’ont été. Entre la Jeep Renegade customisée par Lapo Elkann, le week-end à Hollywood avec Rosanna et Patricia Arquette et l’heure de tennis avec Richard Gasquet suivie d’un repas chez Ducasse, il y avait de quoi réaliser plusieurs rêves. Pour autant qu’on ait le porte-monnaie bien accroché. Rayon musique, Yann Borgstedt est resté raisonnable. «J’aurais pu faire venir Jennifer Lopez pour 200 000 dollars. Mais je n’aurais pas levé plus de fonds grâce à elle. Il faut être cohérent dans nos choix.» Du coup, il est allé chercher des artistes à Ibiza, un lieu qu’il fréquente régulièrement, et il a convié les deux chanteuses, Irma et Imany, pour un concert exclusif. «Dans ce genre de soirée, il faut de la substance, mais, en même temps, les gens doivent aussi s’amuser», conclut le président. Pari tenu. (TDG)

Créé: 05.02.2016, 11h27

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...