William se rend sur l'esplanade des Mosquées

Proche-OrientLe duc de Cambridge a continué jeudi sa visite à Jérusalem en se rendant sur le lieu saint sous haute protection policière.

Le prince William s'est rendu jeudi sous haute protection sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est.

Le prince William s'est rendu jeudi sous haute protection sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le prince William s'est rendu jeudi sous haute protection sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, site ultra-sensible au coeur du conflit israélo-palestinien. Ses services insistent sur le caractère apolitique de la visite.

Esplanade des Mosquées, puis Mur des Lamentations, enfin Saint-Sépulcre... le prince a mesuré, dans un rayon de quelques centaines de mètres à l'intérieur de la Vieille ville, la profondeur du fait religieux et ses implications contemporaines, lors de la première visite officielle d'un membre de la famille royale en Israël et dans les Territoires.

Pour mieux comprendre, le duc de Cambridge, second dans l'ordre de succession à la couronne britannique, a commencé cette chaude journée sur le Mont des Oliviers, d'où l'on embrasse du regard la Vieille ville surmontée par l'emblématique coupole dorée du Dôme du Rocher. Là, il s'est fait expliquer l'histoire et la géographie complexes et souvent conflictuelles de la Vieille ville en contrebas.

Puis, costume clair, chemise bleue et cravate sombre, il a foulé du pied ces réalités en commençant par se rendre, sous haute protection israélienne, sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam, également révéré par les juifs sous le nom de Mont du Temple, au coeur du conflit israélo-palestinien. Accompagné par des représentants religieux, le duc de Cambridge a pénétré dans le Dôme du Rocher, splendeur d'architecture islamique et haut lieu de religiosité.

Délicat exercice diplomatique

Cette matinée représentait peut-être la partie la plus sensible de ce séjour en Terre sainte, commencé dimanche en Jordanie. Les services du prince insistent sur le caractère apolitique de la visite. Mais l'exercice est délicat. L'esplanade, le Mur des Lamentations et le Saint-Sépulcre se trouvent à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville.

Israël a annexé Jérusalem-Est et proclame tout Jérusalem sa capitale «indivisible». Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Pour des raisons historiques, l'esplanade est sous administration de la Jordanie, mais tous les accès en sont contrôlés par les forces israéliennes. Les musulmans y ont accès à toute heure. L'accès des juifs est limité, prier leur y est interdit. Symbole national et religieux pour les Palestiniens, l'esplanade catalyse régulièrement les tensions du vieux conflit.

En contrebas de l'esplanade se dresse le Mur des Lamentations, lieu le plus saint où les juifs puissent prier. Le Prince, kippa sombre sur le crâne, s'est recueilli, la main posée sur les pierres séculaires, et a sacrifié au rituel consistant à introduire entre les fissures un bout de papier portant un voeu ou une prière. «Que le dieu de la paix bénisse cette région et répande la paix sur le monde», a-t-il écrit dans le livre des visiteurs.

Hommage familial

Les Britanniques avaient fait en sorte que le prince ne soit pas accompagné par des officiels politiques israéliens, pour ne pas paraître reconnaître une quelconque souveraineté sur les lieux. Pour le Royaume-Uni, comme la communauté internationale qui juge illégale l'annexion de Jérusalem-Est, cette dernière demeure reste un territoire occupé. Le Prince s'est ensuite engouffré dans le Saint-Sépulcre, site le plus saint de la chrétienté.

La matinée a aussi revêtu une dimension personnelle pour le prince qui s'est recueilli sur la tombe de la princesse Alice, son arrière-grand-mère, érigée par Israël en Juste parmi les nations pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre.

La querelle sur le statut de Jérusalem a été ravivée par la décision du président américain Donald Trump de reconnaître la ville comme la capitale d'Israël. Mais les services du prince avaient indiqué par avance que le déplacement serait dénué de message politique, et visait à aller au-devant des populations et de leur jeunesse. (ats/nxp)

Créé: 28.06.2018, 12h40

Articles en relation

Badin mais diplomate, le prince William est en Israël

Conflit israélo-palestinien Le duc de Cambridge a troqué mardi les chaussures de ville pour les baskets, embrassant les réalités contrastées d'Israël. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

RTS: l'actu ira à Lausanne
Plus...