Le roi des Belges abdique après 20 ans sur le trône

Albert IILe roi des Belges, Albert II, a annoncé mercredi, dans une allocution à la nation, son «intention d'abdiquer» le 21 juillet, jour de la fête nationale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C'est avec sérénité et confiance que je vous fais part de mon intention d'abdiquer ce 21 juillet 2013, jour de notre fête nationale en faveur du prince héritier, mon fils Philippe», a déclaré le roi Albert depuis le palais royal à Bruxelles où s'étaient rassemblées quelque dizaines de personnes, brandissant des drapeaux belges, pour le saluer.

«Après 20 ans de règne, j'estime que le moment est venu de passer le flambeau à la génération suivante», a expliqué le monarque de 79 ans, en justifiant sa décision par sa santé chancelante.

Départ préparé

Son départ était d'ailleurs évoqué depuis plusieurs mois dans les milieux politiques et médiatiques, alors qu'Albert II apparaissait de plus en plus fatigué et soucieux de passer la main.

Intervenant quelques minutes après le roi, le Premier ministre belge Elio Di Rupo a assuré que Philippe s'était «préparé avec un grand sens des responsabilités» et qu'il avait prouvé qu'il «aimait la Belgique».

Né le 6 juin 1934, le deuxième fils de Léopold III et de la reine Astrid était devenu le sixième monarque belge le 9 août 1993, après le décès inopiné de son frère, le roi Baudouin, qui n'avait pas eu d'enfant. Albert II est le premier souverain à quitter volontairement le pouvoir dans l'histoire du pays.

Le prince «bien préparé»

«Je constate que le prince Philippe est bien préparé pour me succéder. Il jouit avec la Princesse Mathilde de toute ma confiance», a-t-il ajouté.

Le prince héritier a souffert jusqu'à présent d'une faible popularité en raison surtout de sa timidité et des doutes sur ses capacités à endosser l'habit. Mais il pourra compter sur le charme de son épouse, l'un des membres préférés de la famille royale.

En matière de vie privée, les dernières semaines ont été difficiles pour Albert II avec le retour, dans l'actualité, de l'affaire de sa fille naturelle présumée, Delphine Boël, une artiste plasticienne de 45 ans.

Cette dernière a assigné en justice, le 17 juin, Albert II, le prince héritier Philippe et sa soeur, la princesse Astrid, ainsi que son père légal, Jacques Boël, afin que des tests ADN soient réalisés pour prouver qu'elle est le quatrième enfant du souverain belge, qui ne l'a jamais reconnue. Albert II n'a fait aucune déclaration publique sur cette affaire.

Fragilisation politique

L'annonce de cette abdication royale intervient moins d'un an avant une échéance politique très sensible, les élections législatives de mai 2014, qui pourraient montrer une nouvelle poussée des nationalistes flamands et provoquer une nouvelle crise politique.

Le monde politique belge, à l'exception notable des nationalistes flamands, ne cachait d'ailleurs pas qu'il aurait préféré qu'Albert II poursuive sa mission quelques années encore. Il a notamment joué un rôle de premier plan dans la préservation de la cohésion du pays lors de la crise gouvernementale qui a paralysé les institutions en 2010-2011.

Mais si certains ont des doutes sur les capacités de son fils et successeur désigné, le prince Philippe, à assumer la mission royale avec le même brio, «le risque pour la stabilité du pays aurait été bien plus grand si le roi Albert II devait décéder en pleine période de formation du prochain gouvernement», analyse le politologue Pierre Vercauteren.

Changement de génération

L'abdication prochaine d'Albert II survient également dans un contexte de changement de génération dans certaines monarchies d'Europe. La reine Beatrix des Pays-Bas a choisi de laisser le trône à son fils Willem-Alexander le 30 avril après 33 ans de règne. La perspective d'une abdication est également évoquée en Espagne.

(ats/nxp)

Créé: 03.07.2013, 23h09

Articles en relation

Albert II reconnaîtra-t-il un jour sa fille?

Belgique Le tribunal de première instance de Bruxelles a renvoyé mardi à l'automne l'affaire de la fille naturelle présumée du roi des Belges Albert II. Delphine Boël exige que la filiation soit établie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...