Passer au contenu principal

Famille royale d'AngleterreLe prince William en visite en Irlande

En visite en Irlande, le prince William a appelé mercredi à tourner la page du «passé troublé» entre ce pays et le Royaume-Uni.

Kate et William en Irlande le 4 mars 2020.

Le prince William a appelé mercredi le Royaume-Uni et l'Irlande à tourner la page de leur passé commun troublé, au deuxième jour d'une visite officielle en Irlande. Elle était placée sous le signe de la réconciliation.

«Nous faisons bien de continuer à nous souvenir de ceux qui ont souffert des conséquences de notre passé troublé», a déclaré le prince, deuxième dans l'ordre de succession au trône britannique, en référence à la lutte pour l'indépendance de l'Irlande.

«Mais si beaucoup de torts ont été causés, il est important que nous n'y restions pas attachés», a-t-il ajouté dans le cadre d'une visite de trois jours avec son épouse Kate. La totalité de l'île d'Irlande se trouvait sous domination britannique jusqu'à la sanglante guerre d'indépendance qui a pris fin en 1921 avec la partition de l'île, dont le nord reste une province du Royaume-Uni.

Cette partition a aussi abouti dans la deuxième moitié du XXe siècle à trois décennies sanglantes de «Troubles» en Irlande du Nord: les républicains majoritairement catholiques et partisans de la réunification de l'Irlande se sont opposés aux loyalistes protestants, défenseurs du maintien sous la couronne britannique, faisant 3500 morts. Un accord de paix avait été conclu en 1998.

Visites auparavant impossibles

Le discours du prince William a fait écho à celui prononcé par sa grand-mère la reine Elizabeth II, lors de sa visite historique en Irlande en 2011. Elle avait lancé un appel à la réconciliation, lors de ce premier voyage d'un souverain britannique depuis la formation de la république d'Irlande.

Auparavant, les visites de la famille royale étaient impossibles en raison de la menace de groupes comme l'IRA (Armée républicaine irlandaise), formation paramilitaire farouchement opposée à la présence britannique et militant pour l'unification de l'île.

«En grandissant, je me souviens d'avoir vu les Troubles, qui ont affecté tellement de personnes au Royaume-Uni et en Irlande», a confié William, dont l'arrière grand-oncle, Louis Mountbatten, avait été tué en 1979 par une bombe placée sous son bateau par l'IRA.

La visite du couple intervient à un moment inédit de la vie politique irlandaise. Dans un pays jusqu'alors dominé par deux grands partis centristes, le parti républicain Sinn Fein, autrefois considéré comme la vitrine politique de l'IRA, a réalisé une percée historique lors des législatives, devenant le deuxième parti du pays. Mais faute de majorité et d'accord de coalition, le pays se trouve sans nouveau gouvernement.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.