Le prince William ira en Palestine et en Israël

Proche OrientC'est une première pour un héritier du trône britannique: le prince William effectuera cet été une visite officielle en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés.

Le prince William.

Le prince William. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le palais de Kensington a annoncé ce jeudi que le prince William, deuxième dans l'ordre de succession au trône britannique, se rendra en Israël, dans les territoires palestiniens occupés et en Jordanie.

Aucun membre si haut placé de la famille royale ne s'est déjà rendu officiellement en Israël depuis la création de l'Etat hébreu en 1948, les précédentes visites officielles ayant été effectuées par les ducs de Kent (1998) et de Gloucester (2007).

C'est aussi une visite officielle inédite d'un membre de la monarchie dans les Territoires palestiniens, lors d'une tournée au Proche-Orient qui conduira également le petit-fils de la reine Elizabeth II en Jordanie.

«Cette visite est effectuée à la demande du gouvernement de Sa Majesté et a été bien accueillie par les autorités israéliennes, jordaniennes et palestiniennes», a annoncé jeudi le palais de Kensington sur Twitter.

Historique

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué comme «historique» cette visite. Il sera «reçu chaleureusement», a-t-il promis.

«Un hôte très spécial, et un cadeau très spécial pour les 70 ans de notre indépendance», a écrit sur Twitter le président israélien Reuven Rivlin, alors que son pays célèbre cette année ses 70 ans d'existence.

Même enthousiasme du côté palestinien pour cette «importante visite». «Nous nous réjouissons de pouvoir à cette occasion renforcer les liens d'amitié entre nos deux peuples», a déclaré le président Mahmoud Abbas, selon l'agence officielle Wafa.

Opportunité importante

Le secrétaire d'Etat britannique chargé du Moyen-Orient Alistair Burt a souligné dans un tweet qu'il s'agissait d'une «opportunité importante et unique pour promouvoir les liens diplomatiques et culturels dans la région».

Le prince Charles, fils de la reine Elizabeth II, avait assisté aux funérailles de l'ancien Premier ministre israélien Yitzhaz Rabin en novembre 1995 et de l'ex-président israélien Shimon Peres à Jérusalem en septembre 2016. Il était ensuite allé de recueillir sur la tombe de sa grand-mère, Alice de Grèce, sur le mont des Oliviers.

L'héritier du trône britannique avait aussi effectué une visite officielle en Jordanie en février 2015.

Patate chaude

Le prince William, qui attend son troisième enfant avec son épouse Kate, seconde de plus en plus sa grand-mère, qui a fait part de sa volonté de lever le pied sur certains engagements. Le couple s'est notamment rendu en France, en Pologne, en Belgique et en Allemagne l'an dernier, ou encore en Scandinavie début février.

Mais Israël n'avait jusqu'ici jamais figuré à l'agenda officiel de la monarchie, car considéré «un peu (comme) une patate chaude», a estimé l'expert de la royauté britannique Robert Jobson.

Selon des journaux britanniques, une visite officielle du prince Charles prévue en 2017 avait été annulée par le ministère britannique des Affaires étrangères pour ne pas froisser les alliés arabes du Royaume-Uni dans la région.

En novembre 2017, la Première ministre britannique Theresa May avait dénoncé l'établissement de colonies israéliennes dans les territoires palestiniens, «obstacles» selon elle à la paix au Proche-Orient, en recevant à Londres Benjamin Netanyahu à l'occasion du centenaire de la déclaration Balfour. Ce texte est considéré en Israël comme la préfiguration de la création de l'État hébreu alors qu'il marque pour les Palestiniens le début d'une «catastrophe».

En décembre, le Royaume-Uni avait aussi exprimé son désaccord avec la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël, estimant que cette décision n'était «d'aucune aide» pour le processus de paix dans la région.

«Notre position sur le statut de Jérusalem est clair et établi depuis longtemps: il devrait être déterminé dans le cadre d'un règlement négocié entre les Israéliens et les Palestiniens, et Jérusalem devrait être en fin de compte la capitale partagée des Etats israélien et palestinien», avait alors rappelé Mme May. (afp/nxp)

Créé: 01.03.2018, 16h19

Galerie photo

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine

Proche Orient: un siècle de conflit entre Israël et Palestine Le conflit israélo-palestinien a pris naissance à la fin du XIXe siècle. De la déclaration Balfour promettant la création d'un Foyer national juif à la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Articles en relation

Grande-Bretagne: le bébé royal attendu en avril

Naissance «Ravis», le prince William et son épouse Kate ont confirmé attendre la venue de leur troisième enfant pour le mois d'avril. Plus...

A l'ONU, Abbas appelle à l'aide internationale

Palestine Le président palestinien Mahmoud Abbas a réclamé mardi au Conseil de sécurité «une conférence internationale» à la mi-2018. Plus...

Les pèlerins affluent à nouveau au Saint-Sépulcre

Jérusalem Les battants se sont ouverts au petit matin mais il n'a fallu que quelques minutes pour le lieu saint se remplisse à nouveau. Plus...

Le spectre d’une guerre entre Israël et le Hezbollah

Proche-Orient Les Israéliens vivant à la frontière libanaise redoutent une nouvelle confrontation dévastatrice. Plus...

Jérusalem: l'ONU condamne la décision US

Nations unies Les Nations unies ont adopté jeudi à une large majorité une résolution contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël. Plus...

Galerie photo

Israël-Palestine: Jérusalem, les colonies, les violences

Israël-Palestine: Jérusalem, les colonies, les violences La décision du président américain de reconnaître Jérusalem le 7 décembre 2017 comme la capitale d'Israël provoque une vague de violences entre Palestiniens et Israéliens.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Arrestations dans l'affaire des cinq femmes tabassées
Plus...