Le commissaire Cordier nous a quittés

CARNET NOIRLe comédien français Pierre Mondy est décédé à l'âge de 87 ans. Eternel second rôle au cinéma, il a longtemps incarné pour le petit écran un héros populaire: le commissaire Cordier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Second rôle apprécié des Français, le comédien Pierre Mondy, disparu samedi à l'âge de 87 ans, a mené depuis ses débuts il y a plus de 60 ans une carrière parallèle au cinéma, au théâtre puis à la télévision où il a longtemps incarné un héros récurrent – le commissaire Cordier de la populaire série «Les Cordier, juge et flic».

Le comédien s'est éteint samedi à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, a-t-on appris de sources médicales. Pierre Mondy avait donné plusieurs interviews en 2010 pour évoquer son combat contre le lymphome dont il était atteint.

Pierre Cuq, son nom à l'état-civil, est né le 10 février 1925 à Neuilly-sur-Seine. Après des études secondaires à Albi (Tarn), il vient à Paris suivre des cours d'art dramatique chez René Simon. Il débute à l'écran en 1949 dans «Rendez-vous de juillet», de Jacques Becker.

Polyvalence

Acteur polyvalent, Pierre Mondy devient rapidement un des seconds rôles les plus appréciés du cinéma français, au générique de films policiers, de guerre, de comédies -son genre de prédilection- mais aussi de fresques historiques comme «Austerlitz» d'Abel Gance (1959).

Son interprétation de Napoléon sera unanimement saluée, mais Pierre Mondy a gardé la tête froide: «Il y a trois rôles qui sont des pièges pour les acteurs, femmes et hommes: le Christ, Napoléon et Jeanne d'Arc. Ce sont des rôles, il faut les faire une fois et c'est terminé. Sans ça, on n'en sort pas», expliquera-t-il.

La consécration populaire vient dans les années 70 avec son rôle du sergent Chaudard dans la trilogie de la «Septième compagnie» (1973-1977).

Il a joué au total dans plusieurs dizaines de films, dont «Le Triporteur» de Jack Pinoteau (1957), «Le comte de Monte-Cristo» de Claude Autant-Lara (1961), «Bébert et l'omnibus» d'Yves Robert (1963), «Week-end à Zuydcoote» d'Henri Verneuil (1964), «Compartiments tueurs» de Costa-Gavras (1964), «La nuit des généraux», d'Anatole Litvak (1966), «Vos gueules les mouettes» de Robert Dhéry (1974), «Le téléphone rose» d'Edouard Molinaro (1975), «La cage aux folles» du même réalisateur (1978), «Pinot simple flic» de Gérard Jugnot (1984).

Télévision

Il s'est fait par la suite fait plus rare au cinéma, même si on l'a vu dans «Lovely Rita» de Stéphane Clavier (2002) et «Un homme et son chien» de Francis Huster (2008), aux côtés de Jean-Paul Belmondo.

Ces dernières années, Pierre Mondy se consacrait essentiellement au théâtre et à la télévision. Au théâtre, il a joué ou mis en scène de nombreuses pièces, notamment de Feydeau.

Plusieurs de ses mises en scène ont connu de grands succès, comme «Oscar», «La cage aux folles» ou «Le dîner de cons». Il a également incarné, à la télévision de 1992 à 2005, le commissaire Cordier dans «Les Cordier, juge et flic» et tournait récemment «Vieilles canailles» pour TF1. (ap/nxp)

Créé: 15.09.2012, 14h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.