Nouvelle accusation de viol contre Polanski

SuisseUne actrice allemande affirme que le cinéaste l'a agressée sexuellement à Gstaad, en 1972. Le canton de Berne sera chargé d'examiner ses dires.

Roman Polanski, photographié au Zurich Film Festival, lundi.

Roman Polanski, photographié au Zurich Film Festival, lundi. Image: Getty

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le canton de Berne devrait être chargé d'examiner les nouvelles accusations d'agression sexuelle sur mineure portées contre le cinéaste Roman Polanski. La dénonciation a été déposée dans le canton de St-Gall, mais les faits présumés auraient eu lieu à Gstaad en 1972.

Le Ministère public du canton de St-Gall a annoncé mercredi qu'il allait transmettre à son homologue bernois une requête pour qu'il prenne en charge ce dossier. Dans un premier temps, le Ministère public bernois devra vérifier s'il est compétent pour instruire l'affaire.

Il s'agira également de déterminer si les actes mentionnés dans la dénonciation pénale ne sont pas prescrits. Les faits auraient été commis en 1972 dans le chalet du réalisateur à Gstaad, dans l'Oberland bernois, alors que la plaignante n'avait que 15 ans.

Ancienne actrice allemande

Agée aujourd'hui de 61 ans, cette ancienne actrice et modèle a fait sa déposition le 26 septembre auprès de la police st-galloise alors qu'elle n'habite pas dans ce canton, a indiqué un porte-parole de la police à l'ats, confirmant des informations de plusieurs médias, dont le New York Times.

Le porte-parole a souligné que la procédure en Suisse permettait de faire des déclarations indépendamment de son lieu de résidence.

Selon l'AFP, la plaignante aurait rencontré Roman Polanski quand elle était mannequin à Munich (D). Séduite par la possibilité de participer à un casting, elle aurait rendu visite au metteur en scène dans sa maison de Gstaad, où elle aurait été violée.

Quatrième accusatrice

La plaignante née à Munich est la quatrième femme à sortir de l'ombre pour accuser le réalisateur franco-polonais âgé de 84 ans d'agression sexuelle. En 1977, Roman Polanski avait reconnu avoir eu des relations sexuelles avec une jeune fille mineure à Los Angeles.

Après un accord, un juge avait accepté de ne pas retenir d'autres chefs d'inculpation plus graves. Convaincu que la justice allait revenir sur sa promesse et l'envoyer en prison, le cinéaste avait fui en France. Mais les Etats-Unis n'avaient pas abandonné les charges.

A la demande des autorités américaines, le réalisateur avait été arrêté en 2009 à l'aéroport de Zurich. Placé en détention préventive puis assigné à résidence dans son chalet de Gstaad, Roman Polanski n'avait finalement pas été extradé aux Etats-Unis.

En 2010, une actrice britannique avait déclaré que le réalisateur l'avait forcée à avoir une relation sexuelle lorsqu'elle avait 16 ans. Une troisième femme avait accusé en août le réalisateur d'agression sexuelle lorsqu'elle avait 16 ans en 1973. (afp/nxp)

Créé: 03.10.2017, 22h12

Articles en relation

L'affaire Polanski ne sera pas classée

Etats-Unis Un juge a refusé de clore les poursuites pour agression sexuelle contre le réalisateur franco-polonais, malgré les demandes de la victime. Plus...

Polanski accusé d'une 3e agression sexuelle

Justice Une troisième femme annonce avoir été sexuellement abusée par le cinéaste lorsqu'elle avait 16 ans. Plus...

La victime de Polanski veut clore le dossier

Justice Violée par le cinéaste à l'âge de 13 ans, Samantha Geimer, 54 ans, demande à la justice californienne de mettre fin à l'affaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...