Passer au contenu principal

Le comédien Maurice Barrier meurt du Covid-19

L'acteur, 87 ans, était bien connu du grand public grâce à ses nombreux seconds rôles comme dans «Le grand blond avec une chaussure noire», «Coup de tête» ou «Les fugitifs».

Ici dans «Les fugitifs».
Ici dans «Les fugitifs».
Keystone

Le comédien Maurice Barrier, connu pour de nombreux seconds rôles au cinéma et au théâtre qui lui valurent un Molière en 1998, est mort ce week-end du coronavirus à l'âge de 87 ans.

«Alors qu'il faisait face à des difficultés pulmonaires, il a attrapé le coronavirus à l'hôpital et ne s'en est pas remis», a posté sur Facebook, tard dimanche soir, son neveu, Jérémy Manesse, dont les parents dirigent le Café de la Gare, à Paris.

Selon la presse bourguignonne, Maurice Barrier vivait dans le village de Montréal, dans l'Yonne, depuis 1962 avec son épouse Hélène Manesse. Il est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à l'hôpital de Montbard, en Côte-d'Or.

Foule de seconds rôles

Né le 8 juin 1932 à Malicorne-sur-Sarthe, sa carrière d'acteur débute avec le rôle de D'Artagnan dans «La prise de pouvoir par Louis XIV», de Roberto Rossellini, en 1966. Il enchaîne ensuite les seconds rôles aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans «Les mariés de l'an II» (1968), de Pierre Richard dans «Le grand blond avec une chaussure noire» (1972), de Jean Gabin et d'Alain Delon dans «Deux hommes dans la ville» (1973).

Il retrouve Delon dans «Flic Story» en 1975, avec Jean-Louis Trintignant, puis «Le Gitan» et «Le gang» en 1976. Trois ans plus tard, il joue l'un de ses rôles les plus marquants, un patron de bar, dans «Coup de tête», avec Patrick Dewaere.

La décennie 1980 est tout aussi prolifique avec une quinzaine de films, dont «Scout toujours», avec Gérard Jugnot en 1985, et le rôle du commissaire qui pourchasse Pierre Richard et Gérard Depardieu dans «Les Fugitifs», de Francis Veber, l'année suivante.

Maurice Barrier a également beaucoup joué dans des téléfilms ou séries de télévision ainsi qu'au théâtre, sous la direction de Roger Planchon notamment, jusqu'aux années 2000. Il fut récompensé d'un Molière en 1998 pour son second rôle dans la pièce «Douze hommes en colère» de Reginald Rose.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.