Passer au contenu principal

CanadaLes Canadiens payent la sécurité de Harry et Meghan

Malgré les promesses de Justin Trudeau, les contribuables canadiens payent bien pour la sécurité du couple princier.

Les contribuables canadiens ont payé pour la sécurité du prince Harry et de son épouse Meghan depuis leur arrivée au Canada, malgré les affirmations contraires de Justin Trudeau en janvier, a reconnu jeudi le gouvernement. Il a promis d'y mettre un terme.

Arrivés en vacances au Canada en novembre, Harry et son épouse Meghan, ancienne actrice américaine de 38 ans, ont décidé en début d'année de s'installer dans une luxueuse villa sur la côte ouest du Canada avec leur fils Archie, né en mai. Les deux trentenaires ont ébranlé la monarchie britannique le mois dernier en annonçant leur décision de cesser d'être des membres actifs de la famille royale britannique.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait démenti fin janvier des informations de la presse britannique selon lesquelles il aurait promis à la reine d'Angleterre que le Canada prendrait en charge les coûts de sécurité du couple princier.

Frais de sécurité

Cela n'a cependant pas empêché le gouvernement canadien d'assumer jusqu'ici les frais liés à leur sécurité depuis leur arrivée dans ce pays. «Alors que le duc et la duchesse sont actuellement reconnus comme des personnes jouissant d'une protection internationale, le Canada a l'obligation de fournir de l'aide en matière de sécurité», a expliqué le ministère de la Sécurité publique, dans un communiqué.

«À la demande de la police métropolitaine (de Londres (Met), ndlr), la Gendarmerie royale du Canada (GRC) fournit de l'aide à la Met depuis l'arrivée du duc et de la duchesse (...) en novembre 2019. L'aide cessera au cours des prochaines semaines compte tenu de leur changement de statut» au sein de la famille royale à compter du 31 mars, a précisé le ministère.

Dans un sondage début février, 77% des personnes interrogées au Canada jugeaient que le contribuable canadien n'avait pas à payer pour assurer leur sécurité, estimant qu'ils ne sont pas au Canada comme représentants de la Reine.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.