Animaux: Pamela Anderson mise en cage

FranceL'actrice a brièvement manifesté mercredi à Paris pour dénoncer les souffrances animales.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La star d'Hollywood Pamela Anderson et l'écologiste politique français Yannick Jadot, entre autres, se sont laissés enfermer tour à tour mercredi dans une cage à Paris pour dénoncer les maltraitances infligées aux animaux d'élevage et soutenir une pétition européenne dévoilée par l'association CIWF.

«Je vis en France depuis peu mais la défense des animaux me touche partout où je suis», a témoigné l'actrice américaine depuis la place de la République à Paris. «Personne ne peut supporter d'être en cage plus de quelques minutes alors que ces animaux y vivent toute leur vie. C'est inhumain». Face à une trentaine de personnes, Pamela Anderson, en robe à fines rayures bleues et lunettes de soleil, a pris la pose derrière les barreaux.

«Il nous faut un million de signatures en un an dans sept Etats membres pour mettre fin aux souffrances animales», a déclaré Léopoldine Charbonneaux, la directrice de CIWF (Compassion in World Farming). «Une vie en cage, c'est une vie de souffrances. Mettre fin aux cages ébranlera un élevage industriel qui n'est ni durable, ni moralement acceptable et représente une aberration économique».

Derrière l'empilement de cagettes qui servent de pupitre, un écran géant a diffusé en boucle des images d'animaux et un dessin animé pendant que des militants remettaient badges et tracts aux passants.

Les signataires de la pétition se sont succédé dans trois cages. Dans l'une d'elle, une jeune femme déguisée en lapin rose a tenu une affiche affirmant qu'«en France, 69% des poules, 99% des truies et 97% des lapins sont élevés en cage».

La pétition, lancée mercredi sous forme d'une Initiative citoyenne européenne (ICE), est soutenue par plus de 130 ONG. Si la pétition aboutit, la Commission européenne devra prendre officiellement position, en vue d'abolir l'utilisation des cages. Plusieurs personnalités politiques étaient également présentes.

«La question de l'élevage industriel était la pièce manquante qui a permis de voir de l'intérieur la souffrance animale», a ainsi estimé M. Jadot, tête de liste EELV (écologiste) aux prochaines élections européennes. «La torture est monnaie courante dans ces élevages concentrationnaires. Tout le monde est prêt à en sortir mais le gouvernement refuse, par lâcheté, médiocrité et malgré les engagements du président de la République» française Emmanuel Macron. (afp/nxp)

Créé: 10.10.2018, 18h05

Articles en relation

Pamela Anderson, muse du cinéma indépendant

Los Angeles Dans un entretien au «New York Times», l'Américano-canadienne parle de ses projets cinématographiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...