Passer au contenu principal

Encre bleuePar ici la bonne nouvelle

Oui je sais, avec un titre pareil, je suis total à côté de la plaque. Pas tendance du tout. Carrément larguée.
L’air du temps est plutôt aux mauvaises nouvelles. Aux trucs qui font grincer des dents, fâcher tout rouge, déprimer grave. L’air du temps est à tout ce qui fait rentrer la tête dans les épaules, ou derrière son masque, dans l’attente de jours meilleurs. Mais j’y peux rien: au milieu de cette gonfle, j’ai la banane, la pêche et la frite réunies!

Je termine ces jours de relever les compteurs de la Thune du Cœur qui sera remise aux trois associations bénéficiaires mardi. Et à découvrir les mots gentils ou les attentions qui accompagnent les dons, j’éprouve un grand bonheur et de la reconnaissance devant pareille démonstration de solidarité. Les Genevois ont répondu présent à notre appel, et de quelle manière!

Il y a quelques semaines, je n’en menais pourtant pas large en lançant cette 25e édition de la Thune! Peur que l’opération fasse un flop. Que chacun se replie sur soi et ses problèmes. Que les causes à soutenir étant toujours plus nombreuses dans le vaste monde, il n’y ait plus trop de place pour notre action locale. Or, le contraire est arrivé! Les thunes déferlent comme jamais dans le bidon extensible de Jules.

Elles viennent de familles et d’entreprises qui ont renoncé à faire des cadeaux à leur entourage pour donner l’argent aux plus démunis; de personnes qui ont survécu au Covid et qui réalisent la fragilité de l’existence; d’associations d’aînés qui ont traversé d’autres crises; de personnes altruistes depuis toujours; de clubs, d’associations, de communes qui n’ont pas dépensé l’argent prévu pour des manifestations annulées et qui nous le donnent. D’où cette Thune 2020, dodue à souhait, et qui affole les compteurs. Et c’est là une très bonne nouvelle!