Passer au contenu principal

Décision du Conseil fédéralOn respire un peu mieux à la Praille et aux Vernets

Au Stade de Genève, on est soulagé de pouvoir à nouveau garnir les gradins. À la patinoire, un peu moins…

Le ciel de la Praille est, depuis ce mercredi, teinté de rose…
Le ciel de la Praille est, depuis ce mercredi, teinté de rose…
Eric Lafargue

Avant que le conseiller fédéral Alain Berset ne prenne la parole, ce mercredi après-midi, la tension était palpable dans les bureaux du Servette FC et de Ge/Servette, On sattendait à une décision qui n’aurait pas été satisfaisante pour les deux entités: soit de 50% des places assises, voire à un statu quo de 1000 personnes au maximum.

Cela va nous permettre de reprendre contact avec notre public et de communier à nouveau avec nos fans»

Felipe Ortiz, vice-président de Servette FC 1890 SA

Finalement on est soulagé à la Praille comme le confirme le vice-président de Servette FC 1890 SA, Felipe Ortiz: «C’est en effet un soulagement car cela va nous permettre de reprendre contact avec notre public et de communier à nouveau avec nos fans, se réjouit-il. Mais c’est également un soulagement économique car le huis clos est très très pénalisant. C’est enfin une bonne motivation pour nos jeunes.»

Le Stade de Genève, qui possède une capacité de 30 000 personnes, permet au club grenat de garantir une belle affluence, soit environ 20 000 lors de gros matches, «sauf l’Europa League qui reste à huis clos», déplore le dirigeant.

Arnaud Corniot, M. Covid pour les tous les clubs servettiens, va rencontrer les autorités cantonales pour évoquer cette nouvelle donne. «Il a des réunions permanentes avec les politiciens et la ligue, renchérit M. Ortiz. Je suis très confiant que nos autorités cantonales nous soutiendront tout le long. Nous serons à la pointe en ce qui concerne ces mesures, on peut le garantir.»

Nous allons évidemment au-devant de soucis financiers et il va falloir trouver des solutions à tous les niveaux.»

Laurent Strawson, président de Ge/Servette

Du côté des Vernets, le soulagement est un peu plus nuancé. «C’est une décision qui va dans la bonne direction même si celas ne résout pas tous nos problèmes, estime le président Laurent Strawson. Nous allons évidemment au-devant de soucis financiers et il va falloir trouver des solutions à tous les niveaux.»

S’il ignore quelle est la capacité maximale, lavocat genevois espère qu’il sera possible d’accueillir 4000 personnes, soit une majorité des abonnés. «Nous allons essayer de grappiller quelques places en plus en supprimant les places debout.» Cela correspond à 1200 places…

On sera encore loin de tribunes pleines aux Vernets, mais on devrait approcher les 4000 personnes…
On sera encore loin de tribunes pleines aux Vernets, mais on devrait approcher les 4000 personnes…
KEYSTONE

C’est l’affaire de tous

Comme ce sera le cas au Stade de Genève, les dirigeants sont conscients qu’ils auront de grandes responsabilités par rapport à cette configuration, qui, faut-il le rappeler, est unique en Europe! «Il est évident qu’en tant qu’organisateur nous aurions un gros défi à relever, renchérit Laurent Strawson. Mais tout le monde devra jouer le jeu, y compris le public, qui devra faire preuve de sérieux. C’est l’affaire de tous. Nous allons faire en sorte que les gens qui viendront aux Vernets repartent chez eux en bonne santé.» On tient le même discours à la Praille