Passer au contenu principal

Deuxième vague du Covid-19«On peut dire que l’épidémie est hors de contrôle»

L’épidémiologiste Antoine Flahault explique l’augmentation exponentielle des cas par la baisse des températures extérieures.

Pour l’épidémiologiste Antoine Flahault, la bonne nouvelle vient de la valeur du taux de reproduction (R effectif), deux fois moindre que celle du mois de mars.
Pour l’épidémiologiste Antoine Flahault, la bonne nouvelle vient de la valeur du taux de reproduction (R effectif), deux fois moindre que celle du mois de mars.
Steeve Iuncker-Gomez

Depuis dix jours, la courbe des hospitalisations dues au Covid-19 suit exactement le même tracé que celle de ce printemps. Comment expliquer une telle explosion des cas alors que les mesures instaurées ces derniers mois doivent freiner la propagation du virus? Les explications de l’épidémiologiste Antoine Flahault.

Comment est-ce possible que la courbe des hospitalisations soit identique à celle de ce printemps malgré les mesures sanitaires et les gestes barrières?

Antoine Flahault: La courbe de mars partait de très peu de cas initiaux alors que celle d’aujourd’hui part d’un niveau de circulation du virus plus élevé dans la population. Il y a eu pendant l’été un ensemencement de l’ensemble du territoire. Par ailleurs, lorsque l’on regarde la valeur du taux de reproduction (R effectif), on constate qu’elle est deux fois moindre que celle de mars. Ce paramètre caractérise l’accélération de la courbe épidémique. C’est une bonne nouvelle, car cela induit que nous avons déjà fait la moitié du chemin dans la lutte contre la propagation de ce coronavirus. Cette moitié du chemin, nous la devons à l’efficacité des gestes barrières. Jusqu’à présent, c’est le frein estival qui faisait l’autre moitié du chemin et qui résultait en un contrôle de l’épidémie parfait en termes d’hospitalisation ou de décès jusqu’à l’automne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.