Passer au contenu principal

Match de foot sauvage à Lausanne«On ne voulait pas rajouter du désordre»

Élu PLR chargé de la police municipale, Pierre-Antoine Hildbrand explique pourquoi un match de foot a pu continuer alors que la ministre Béatrice Métraux demandait d’y mettre fin.

Au lendemain du match, police et pompiers ont été déployés dans le quartier de Praz-Séchaud pour démonter les buts.
Au lendemain du match, police et pompiers ont été déployés dans le quartier de Praz-Séchaud pour démonter les buts.
Jean-Christophe Bott/Keystone

La tenue d’un match de football sauvage réunissant près de 1000 personnes jeudi à Lausanne passe mal auprès de la conseillère d’État à la tête de la Sécurité, Béatrice Métraux. Car contrairement à la veille, où une rencontre tout aussi interdite a pu se dérouler dans la commune voisine de Chavannes-près-Renens, la ministre écologiste a demandé que le match soit interrompu. Ce à quoi son homologue PLR à l’Exécutif lausannois, Pierre-Antoine Hildbrand, n’a pas donné suite. Interview.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.