Passer au contenu principal

Des restaurateurs genevois se mettent à table«On a déshumanisé un peu toute une profession»

Le lundi 22 mars marquera-t-il le début de la fin du calvaire que vivent les restaurateurs depuis plus d’un an maintenant? En attendant le verdict, trois tenanciers reviennent sur cette année extrêmement difficile. Episode 2/3 avec Julien Bernard, patron du Café Babel.

8 commentaires
    BOAtaNic

    Avec toute la compassion pour les restaurateurs en difficulté.

    Toutefois, il faut croire que les affaires marchent malgré tout pour certains actuellement ?

    Les établissements font le clik and collect, mais attention, uniquement durant les heures syndicales. Allez au McDo si vous voulez commander après 14h00, car c'est fermé !!! Idem pour certains restaurants, qui sont bizarrement fermés le week-end dès les premiers rayons de soleil.

    La situation était pareil voire pire avant la pandémie. Malheur si vous aviez une réunion et vous cherchez une table à 13h48. Sans parler de certains établissements qui refusent de vous servir tel ou tel plat pour raison de rentabilité, car c'est minimum pour 3 personnes.

    Alors tout le soutien et compassion pour celles et ceux qui souffrent. Mais il ne faut pas tout mettre sur le dos de l'Etat. Il y a aussi des comportements d'enfants gâtés dans le milieu dont in conviendrait de proscrire, si on veut retrouver une certaine sympathie de la clientèle.

    Et cei sans toujours prendre le client pour le pigeon juste bon a faire gonfler la note.