Passer au contenu principal

PharmaNovartis et Alcon sanctionnés à hauteur de 327 millions

Le gendarme américain des marchés a condamné, jeudi soir, Alcon et Novartis pour des montages destinés à offrir des bénéfices à de potentiels clients.

Les autorités américaines ont sanctionné le géant suisse et sa filiale.
Les autorités américaines ont sanctionné le géant suisse et sa filiale.
Keystone

Le groupe pharmaceutique Novartis et son ex-filiale Alcon ont écopé de sanctions des autorités américaines pour un montant cumulé de 345 millions de dollars (quelque 327 millions de francs). Les faits incriminés concernent les entités des deux groupes en Grèce, en Corée et au Vietnam.

Selon un acte de non-poursuite publié par le gendarme étasunien des marchés (SEC) jeudi soir, ces différentes entités sont impliquées dans des montages destinés à offrir des bénéfices à de potentiels clients en contrepartie de l’utilisation ou de la prescription de produits Novartis ou Alcon.

Novartis accepte

De faux livres de comptes et registres ont été tenus en relation avec ces différents programmes, signale la SEC, qui reproche à Novartis de n’avoir pas non plus mis en place de contrôles internes suffisants «par rapport à certains aspects des opérations de ces entités et sociétés affiliées». Le régulateur étasunien estime ainsi que le géant pharmaceutique rhénan s’est enrichi indûment d’environ 92,3 millions de dollars.

Pour éviter une procédure civile, Novartis a accepté de payer une amende de près de 234 millions de dollars au département américain de la Justice. Novartis devra par ailleurs s’acquitter de 113 millions supplémentaires auprès du Trésor américain dans un délai de deux semaines, sous peine de se voir infliger des intérêts de retard.

ATS/NXP