Passer au contenu principal

L’éditorialNouvelle donne pour les cyclistes

Les routes genevoises doivent compter avec un panneau supplémentaire depuis le 1er janvier. Un de plus. Fond noir, vélo jaune en pictogramme, la nouvelle signalétique accorde la permission aux cyclistes de tourner à droite quand le feu de circulation, qu’il soit ordinaire ou spécifiquement réservé aux vélos, est au rouge dans une centaine de carrefours.

Testée avec succès sur un million de passages à Bâle, cette nouveauté se révèle pratique dans la mesure où elle n’entrave aucun autre usager de la route. S’il n’est pas directement concerné, l’automobiliste n’aura plus à partager la chaussée avec un mur de vélos lorsque le feu vire au vert. Parti avec quelques secondes d’avance, le cycliste ne sentira plus la menace de la tôle accompagnant ses premiers coups de pédale. Enfin, le piéton aurait été le parent pauvre de la mesure si celle-ci ne lui accordait pas la priorité absolue. Voilà pour la théorie.

En pratique, seuls les comportements des cyclistes permettront de juger la nouvelle prérogative qui leur est accordée. Chaque pied posé à terre pour laisser passer les piétons sera le signe qu’une mobilité respectueuse est possible. Un cycliste fondant sur des passants et tout le système s’écroule. Les associations l’ont bien compris, raison pour laquelle elles multiplient les messages de prévention en ce sens.

En attendant de pouvoir scruter les comportements des uns et des autres, on notera la mise en place rapide de la nouvelle signalisation. Une semaine seulement après son entrée en vigueur, le changement dans la loi s’applique déjà dans une centaine de carrefours genevois. Ceux qui rêvent d’une Genève cycliste sur le modèle de Copenhague ou Amsterdam sont encore loin de crier victoire, mais les signes qu’ils reçoivent sont plutôt encourageants.

13 commentaires
    CHARLES PITTET

    Notre neurologie, notre système de pensée, notre cerveau est comme un clavier ordinateur à terminologie sociologique des divers couleurs genevoises. Par ce mécanisque psychosomatique passe de partout dans notre corps avec tous ces repères. à même la terminologie bicyclette tandem. Mais le conducteur lui, elle ne comprennent pas Qu'il soit là dans sa voiture par son activité cérébral ne lui permettra pas d'être, cause musique, dilem , les couleurs enfourchées dans ce vieux mécanisme agressive. Toutes les fois qu'un vélo à pédale lui est une vision , déjà ce mouvement lui donne un language peu certain. Homme soigne-toi, tu ne sais pas vivre. Tu vie trop avec épilepsie sexuelle. Tu masturbes trop ton imagination, ta neurologie est persécuté, tes pouvoirs financiers. Sais-tu de ton temps de vie aujourd'hui, Charles sait que tu perdras tout sans la pandémie ces prochaines années et tu seras là pour t'assister de ces programmes sociaux. Donc profite, pédale avec ta bicyclette, un tour de ville, toujours une pensée pour Charles. Surtout pense bien car tu ne sais pas encore pourquoi.