Passer au contenu principal

L’USAM veut déréguler l'économie. Verte réaction de Travail.Suisse

Du côté des partis, l’UDC et le PS s’opposent frontalement sur les recettes à appliquer à la parité euro-franc.

«Personne n’a pu me démontrer que la loi sur les cartels aurait eu une influence positive sur les prix», Hans-Ulrich Bigler, Directeur de l’Union suisse des arts et métiers (USAM)
«Personne n’a pu me démontrer que la loi sur les cartels aurait eu une influence positive sur les prix», Hans-Ulrich Bigler, Directeur de l’Union suisse des arts et métiers (USAM)

Il n’y aura pas d’union nationale en Suisse pour combattre les effets du franc fort suite au coup de massue de la BNS. Les partis, comme l’UDC et le PS, s’opposent déjà frontalement sur les recettes à appliquer. Et les syndicats suivent le mouvement. L’USAM, l’organisation faîtière des PME, a envoyé mardi une lettre vindicative au conseiller fédéral de l’Economie, Johann Schneider-Ammann. Elle lui demande de déréguler l’économie. Selon le syndicat patronal, on pourrait économiser 2,2 milliards sur les «coûts bureaucratiques» qui plombent les entreprises.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.