Situation «dramatique» dans le secteur non-alimentaire

DistributionLe directeur commercial de Migros tire la sonnette d'alarme et estime qu'une réorganisation de la branche est nécessaire. Avec suppressions de postes à la clé.

Migros s'inquiète pour Globus, «bien présent dans une situation très tendue pour le commerce de détail. Mais les trois années à venir seront difficiles»

Migros s'inquiète pour Globus, «bien présent dans une situation très tendue pour le commerce de détail. Mais les trois années à venir seront difficiles» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Franc fort, baisses de prix, essor des achats en ligne: les distributeurs font face à d'importants défis. En particulier le secteur non-alimentaire, qui doit de toute urgence se réorganiser, selon un responsable de Migros. Il n'exclut pas des suppressions de postes.

«Dans le secteur non-food, les conditions sont dramatiques», s'alarme Ernst Dieter Berninghaus, dans un entretien au Matin Dimanche et à la SonntagsZeitung. «Cela implique des réponses viables. Et vite». Le directeur commercial du géant de la distribution revenait sur le changement à la direction générale de sa filiale Globus annoncé mardi dernier.

«Globus est bien présent dans une situation très tendue pour le commerce de détail. Mais les trois années à venir seront difficiles». D'où la nécessité d'avoir à sa tête «un entrepreneur déterminé qui ne craint pas les vents contraires». Pour rappel, Jean-François Zimmermann a cédé sa place avec effet immédiat à Thomas Herbert, jusqu'alors patron des enseignes Schild.

«Tirer parti des synergies»

Les deux maisons font d'ailleurs depuis des années de nombreux achats en commun. «Nous devons tirer meilleur parti des synergies». Si des fermetures de filiales ne sont pas à l'ordre du jour, Ernst Dieter Berninghaus n'exclut pas des suppressions de postes. «Rien n'est décidé, l'avenir nous le dira».

Parmi les autres défis, le groupe devra répondre à l'essor croissant de l'e-commerce. Avec pour Globus une part de seulement 10% des achats effectués en ligne, «le taux de croissance est trop faible», estime l'Allemand de 50 ans. «Nous devons améliorer cet aspect rapidement».

Au niveau du groupe, Migros conduit actuellement un essai pilote permettant de retirer en magasin les achats effectués sur Internet auprès de n'importe laquelle de ses enseignes. «Les clients peuvent par exemple aller chercher dans un Migroline des articles commandés chez Digitec».

En attendant, la forte baisse des chiffres d'affaires du secteur non alimentaire impacte l'ensemble des entreprises de la division. Notamment les magasins de meubles Interio qui devraient boucler dans le rouge cette année. (ats/nxp)

Créé: 16.08.2015, 12h24

Articles en relation

Migros rappelle du Gorgonzola contaminé

Suisse Des bactéries de type Listeria ont été décelées dans le «Gorgonzola Dolce» vendu par Migros. Plus...

Migros a ses chances dans le rachat des magasins Tengelmann

Commerce de détail La coopérative Migros Zurich a fait part de son intérêt de rachat des supermarchés allemands Kaiser's de Tengelmann. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...