Shell peut forer dans l’Arctique, la ruée vers l'or noir relancée

Etats-UnisEnviron 20% des réserves mondiales de gaz et de pétrole se cachent dans le sous-sol.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cette fois-ci, c’est reparti. Ce lundi à Washington, l’administration Obama vient de donner son feu vert définitif à la compagnie pétrolière Royal Hutch Shell pour effectuer des forages exploratoires sous les eaux de l’Arctique, nouvel eldorado énergétique de la planète. Le recul rapide des glaces polaires, affectées par le réchauffement climatique, laisse en effet envisager l’exploitation de ses énormes ressources naturelles. On estime en effet qu’il s’y cache 20% des réserves mondiales de pétrole et de gaz non répertoriées. L’équivalent de plusieurs années de consommation planétaire. Autant dire que les Etats riverains de cet océan jouent déjà des coudes.

Autorisées une première fois en 2009 sous la présidence de George W. Bush, les prospections du groupe anglo-néerlandais dans les eaux étasuniennes de la mer des Tchouktches, au nord du détroit de Béring, avaient démarré en 2012 avant d’être rapidement suspendues suite à des problèmes techniques et à la perte de contrôle de la plate-forme. L’autorisation leur sera alors retirée par Barack Obama. Jusqu’au mois dernier, quand un permis provisoire a été délivré en attendant que les nouvelles mesures de sécurité mises en place soient jugées satisfaisantes. Notamment la capacité de fermer le puits en cas de besoin.

Scénarios catastrophe

La nouvelle fait évidemment hurler les défenseurs de l’environnement, qui redoutent les conséquences pour l’équilibre déjà précaire de l’Arctique et donc aussi pour le climat de toute la planète. Sans même parler du risque d’accident. Rappelons par exemple qu’en 2010 près de 5 millions de barils de brut se sont déversés dans le golfe du Mexique suite à l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon exploitée par BP.

Mais ce sont des risques que Barack Obama est prêt à prendre. «Je préférerais que, tout en respectant les procédures de sécurité que nous avons, nous produisions notre combustible et notre gaz plutôt que de l’importer», expliquait-il en début d’année. L’indépendance énergétique, telle est donc la priorité des Etats-Unis. C’est pour cette même raison que le président a autorisé l’exploitation du gaz de schiste et du pétrole de schiste, faisant rapidement de son pays le premier producteur mondial, devant la Russie (gaz naturel) et l’Arabie saoudite (brut).

Extrême difficulté

Mais dans l’Arctique, évidemment, les Etats-Unis ne sont pas les seuls en course. Les Canadiens de la compagnie Imperial Oil ont des projets dans la mer de Beaufort et les Norvégiens de Statoil développent le site de Goliat dans la mer de Barents. Quant aux Russes de Gazprom et de Rosneft, très actifs notamment dans la mer de Kara, ils auraient probablement un temps d’avance sur tout le monde si leurs prospections en partenariat avec des compagnies occidentales n’avaient pas souffert des sanctions liées à la guerre en Ukraine.

La ruée, cela dit, est tout de même ralentie par la difficulté de prospecter et d’exploiter ces ressources dans un environnement si extrême: loin des terres et donc des infrastructures, soumis à des vents violents et à la dérive des icebergs, les forages sont extrêmement onéreux. Autant dire qu’ils ne deviennent rentables que quand les prix de l’énergie se mettent à grimper. Bien des projets ont d’ailleurs été abandonnés.

Reste l’intérêt, pour ces pays, de disposer, pour l’avenir, d’énormes réserves énergétiques. La bataille pour le pôle Nord n’est pas près de se terminer.

Créé: 18.08.2015, 19h51

Articles en relation

Moscou revendique plus d'un million de km2 dans l'Arctique

Océan La Russie a officiellement revendiqué à l'ONU sa souveraineté sur 1,2 million de mètres carrés supplémentaires dans l'Arctique. Plus...

Shell va supprimer 6500 postes en 2015

Pétrole Le groupe pétrolier anglo-néérlandais a annoncé cette mesure pour faire face à la chute des cours du pétrole. Son bénéfice net est en baisse de 25%. Plus...

La Russie renforce sa flotte face à l’OTAN

Stratégie Vladimir Poutine veut faire de la Russie une grande puissance navale présente en Arctique, Atlantique et Méditerranée. Plus...

Obama, la fin du président écolo

Etats-Unis Le président vient d’autoriser Shell à forer dans l’océan Arctique. Tollé chez les défenseurs de l’environnement, qui se sentent trahis. Plus...

La surabondance entraîne la chute du prix du pétrole

Or noir Editorial L’offre aux Etats-Unis, et la sortie de crise en Iran expliquent la baisse sur les marchés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...