Passer au contenu principal

Le Palais tout en flamme

La chronique de Guy Mettan, Directeur du Club suisse de la presse

Partie d’Olympie et portée par un réfugié syrien comme l’a mentionné le Haut-Commissariat aux réfugiés, la flamme olympique arrivera ce vendredi à l’aéroport de Genève, et de là, rejoindra le Palais des Nations où le président du CIO, Thomas Bach, la remettra au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, venu de New York tout exprès pour l’occasion. Une grande cérémonie est prévue dans la salle XX du Palais en présence des ambassadeurs des 193 pays membres des Nations Unies. C’est la première fois que la flamme fera le voyage d’Athènes à Genève, d’où elle repartira directement pour Rio après un bref passage à Lausanne, où les deux patrons onusien et olympique poursuivront leurs discussions. Avis aux amateurs de sport.

***

L’économie russe souffre mais elle ne se rend pas! D’une part la Russie vient d’installer son ambassade auprès de l’OMC dans des bureaux flambant neufs près de l’aéroport et d’autre part elle vient d’ouvrir une représentation commerciale en Suisse romande, dont la direction a été confiée à un vétéran des négociations avec l’OMC, Alexander Zagriadski. Pour marquer cette volonté de continuer les échanges en dépit des sanctions euro-américaines, le ministre russe de l’Economie, Alexey Ulyukaev, était à Genève vendredi, où il a rencontré une vingtaine de représentants de grandes entreprises romandes.

***

Les négociations sur la Syrie bousculent la Genève internationale. D’un côté, si les rebelles syriens annoncent avoir suspendu les discussions, cela ne les empêche pas de se livrer tous les jours à d’intenses campagnes de propagande. Ici, ils montrent des vidéos sur les méfaits du régime mais dont le seul commentaire se borne à marteler «Allah O Akbar». Ailleurs, ils font décrocher des murs les caricatures des dessinateurs de presse à cause des fatwas anti-Charlie. Le chemin vers le respect de la liberté d’expression sera encore long.

Quant au Palais des Nations, il a dû suspendre les visites individuelles. Pour des raisons de sécurité, seuls les groupes annoncés à l’avance sont autorisés à entrer. Rappelons qu’en 2015, 115 000 visiteurs ont arpenté les couloirs du Palais des Nations, auxquels il faut rajouter les 20 000 participants des journées portes ouvertes.

***

A noter enfin l’accent mis sur la recherche scientifique en matière de paix, de sécurité, de droits de l’homme, d’aide humanitaire et de résolution des conflits. Cette semaine, une table ronde de trois jours aura lieu à l’ONU avec la participation d’une foule d’organismes académiques et de recherche à la fois internes et extérieurs au monde onusien. A la fin de la semaine, ce seront 50 doctorants italiens en relations internationales qui seront initiés aux arcanes de la Genève internationale. Et mentionnons au passage de nouveaux organismes comme le GCERF, le Global Community Engagement and Resilience Fund Geneva, installé à la Maison de la Paix, qui s’est donné pour but de lutter contre l’extrémisme en s’attaquant aux racines communautaires de la violence.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.