Passer au contenu principal

Netanyahou accumule les revers diplomatiques

Accord sur le nucléaire validé, étiquetage des produits issus des colonies, drapeau palestinien hissé sur l’ONU...

Benyamin Netanyahou doit désormais calmer le jeu avec Obama. AMMAR AWAD/REUTERS
Benyamin Netanyahou doit désormais calmer le jeu avec Obama. AMMAR AWAD/REUTERS

Israël a essuyé jeudi un triple revers diplomatique, d’abord avec l’approbation par le Sénat américain de l’accord sur le nucléaire iranien, ensuite quand le Parlement européen s’est prononcé pour l’étiquetage des produits des colonies juives, et enfin après un vote de l’Assemblée générale de l’ONU autorisant les Palestiniens à hisser leur drapeau devant son siège. A Washington, Barack Obama a imposé l’accord conclu avec Téhéran le 14 juillet à Vienne en bloquant une résolution soutenue par les républicains au Sénat, qui aurait empêché la levée des sanctions américaines contre l’Iran. Ce vote est un camouflet pour le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, qui a fait campagne avec l’Aipac, principal lobby juif américain, pour dénoncer l’accord de Vienne. Il n’a pas hésité en mars à croiser le fer dans un discours tapageur devant le Capitole et évoque «une erreur historique» qui fait planer sur Israël «un danger existentiel». Pas moins de 85% de ses compatriotes juifs partagent d’ailleurs cette crainte, selon un sondage publié hier.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.