Passer au contenu principal

Marine Le Pen fait mentir un graphique sur l’euro

La candidate du Front national a brandi un graphique illustrant, selon elle, la dégringolade de la production industrielle française.

Marine Le Pen a brandi un graphique illustrant, selon elle, la dégringolade de la production industrielle française suite à la mise en place de l’euro.
Marine Le Pen a brandi un graphique illustrant, selon elle, la dégringolade de la production industrielle française suite à la mise en place de l’euro.
TF1

Lors du premier grand débat opposant cinq prétendants à la présidentielle française lundi soir sur TF1, la candidate du Front national, Marine Le Pen, a brandi un graphique illustrant, selon elle, la dégringolade de la production industrielle française suite à la mise en place de l’euro. A première vue (et de loin), on constate sur ces courbes que depuis l’introduction de la monnaie commune, l’industrie allemande augmente sa production tandis que la France, l’Italie et l’Espagne perdent du terrain. Preuve est faite, conclut Marine Le Pen, qu’il faut de toute urgence lâcher l’euro pour inverser la tendance.

FAUX. La présentation de ces chiffres est biaisée. Les données fournies par l’OCDE prennent comme indice de référence l’année 2001, année de l’introduction de l’euro, insinuant visuellement que la monnaie unique a eu un impact négatif sur l’industrie de ces pays. Or, ce n’est pas le cas. A y regarder de plus près, la production industrielle des quatre grandes économies européennes a très légèrement fléchi après la mise en circulation de l’euro le 1er janvier 2002, mais elle recommence à croître à partir de 2003. Et les années qui suivent sont plutôt florissantes.

Ces données montrent en revanche très clairement que c’est la crise financière de 2008, partie des Etats-Unis, qui a provoqué un coup d’arrêt sur la production industrielle européenne. «Si l’Espagne et l’Italie n’ont pas connu de véritable reprise économique, l’Allemagne a su rapidement relancer sa production (sans regagner les niveaux d’avant-crise) grâce à un niveau d’exportation et une compétitivité bien supérieure», relève Le Monde. La France, quant à elle, a réussi à limiter les dégâts en stabilisant sa production à son niveau de 2010, qui reste toutefois bien en dessous des niveaux précédant la crise, précise le quotidien français.

A noter aussi que ce visuel aurait été diffusé pour la première fois le 12 février par un membre de l’équipe de campagne de Marine Le Pen, sur Twitter. Il a ensuite été partagé le 14 février par Louis Aliot, vice-président du FN, puis plus largement relayé, selon Le Parisien.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.