La justice devrait bientôt convoquer un témoin crucial sur HSBC

GenèveLe Parquet s’apprêterait à interroger Peter F. Braunwalder sur des faits révélés par SwissLeaks.

Peter F. Braunwalder a présidé le directoire de la cinquième banque helvétique, de 2002 au printemps 2008. 

Photo: Georges Cabrera

Peter F. Braunwalder a présidé le directoire de la cinquième banque helvétique, de 2002 au printemps 2008. Photo: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Peter F. Braunwalder? Le nom de ce Bernois, et non moins sujet de la reine Elisabeth II, ne dit plus grand-chose à beaucoup de monde. Il s’agit pourtant d’une ex-grande pointure de la place financière suisse. Le Ministère public genevois devrait le convoquer incessamment. Et cette audition s’inscrirait dans le cadre de la procédure ouverte le mois dernier contre HSBC Private Bank (Suisse) SA. Elle repose sur un soupçon de blanchiment d’argent aggravé. Peter F. Braunwalder apparaît en effet comme un témoin crucial dans «l’affaire HSBC». Cet économiste a présidé le directoire de la cinquième banque helvétique, de 2002 au printemps 2008. Et le Parquet genevois confirme un intérêt particulier pour la période située entre l’an 2000 et aujourd’hui (il est vrai que les délits de blanchiment tombent sous le coup de la prescription au terme d’un délai de quinze ans). Le procureur général, Olivier Jornot, a finalement décidé le mois dernier d’ouvrir une procédure pénale contre HSBC Private Bank (Suisse) SA, domiciliée au quai des Bergues, sur la base de «récentes révélations publiques». Et celles-ci portent sur des faits commis jusqu’en 2007.

Eléments décisifs

Plus précisément. Dans le cadre de l’opération SwissLeaks, quelque 130 journalistes d’investigation, dont ceux du Matin Dimanche, du Tages-Anzeiger et de la SonntagsZeitung, ont mené leurs enquêtes en se référant aux données provenant de la fameuse liste «Falciani», du nom de l’ex-informaticien de HSBC Private Bank (Suisse) SA. Celui-ci a en effet accumulé des informations de 2006 à 2007 puis les a dérobées. Son butin de renseignements portait sur les avoirs de plusieurs dizaines de milliers de clients fortunés, domiciliés dans une dizaine d’Etats et sur trois continents. Les premiers bénéficiaires de ces données furent le procureur de la République à Nice, Eric de Montgolfier, et le ministre français du Budget, Eric Woerth, en décembre 2008. Une masse significative des éléments décisifs de «l’affaire HSBC» s’est donc produite pendant la période où Peter F. Braunwalder se trouvait aux commandes de HSBC Private Bank (Suisse) SA. Le groupe bancaire britannique l’avait choisi en 2002 car le Bernois avait déjà assumé de hautes responsabilités dans le private banking chez UBS. A Londres, Zurich et Tokyo. En tout, il s’est trouvé au service du leader mondial de la gestion de fortune pendant vingt ans. Chez HSBC, Peter F. Braunwalder se souciait notamment de contrôler la conformité des fortunes placées à Genève, selon un fin connaisseur de la place financière helvétique. «Vu son profil, il nous paraît évidemment fort probable que cet ex-président du directoire de HSBC Private Bank (Suisse) SA soit convoqué par le Ministère public genevois. Il semble en outre acquis qu’il se présentera au Parquet», nous ont confié des juristes suisses, familiers des affaires bancaires.

Forte visibilité

Un tel incident ne manquera pas de retenir l’attention des médias. Le rayonnement de Peter F. Braunwalder dépassait en effet largement les seules activités de la cinquième banque helvétique. Jusqu’en 2004, cet économiste siégeait au sein du conseil d’administration de l’Association suisse des banquiers et assumait la vice-présidence de celui de l’Association des banques étrangères en Suisse. Le banquier est en plus resté très présent dans l’arc lémanique des années après sa démission de HSBC Private Bank (Suisse) SA. Le 5 mai 2011, il est ainsi entré dans le conseil d’administration de Banque Héritage à Genève.


Franco Morra: «Notre banque n’est plus la même»

Une pléthore d’allégations, toutes plus désagréables et compromettantes les unes que les autres, se sont récemment abattues sur HSBC Private Bank (Suisse) SA. Franco Morra, président du directoire depuis 2012, s’empresse toutefois de préciser un élément fondamental: «Aujourd’hui, notre banque n’est plus la même que celle qui a été victime d’un vol de données en 2007.» Autrement dit depuis que son ex-informaticien Hervé Falciani s’est emparé de données bancaires, liées à plusieurs milliers de clients.

Il est vrai qu’entre-temps HSBC Private Bank (Suisse) SA a été complètement transformée. «Nous avons pris des mesures afin d’éviter que nos services ne soient utilisés pour échapper à l’impôt ou blanchir de l’argent. Nous avons aussi renforcé nos équipes spécialisées dans la gestion du risque et le contrôle de conformité», indique Franco Morra.

Entre 2007 et la fin de 2014, l’établissement a en plus réduit sa masse sous gestion de 118 milliards, à 68 milliards de francs. Et la valeur des fortunes de 95% de sa clientèle excède désormais les 5 millions de dollars.

«HSBC Private Bank (Suisse) SA a connu une transformation profonde, tant dans sa stratégie que dans son organisation. Et ses pratiques commerciales ont clairement changé», relève Vinzenz Mathys, porte-parole de la FINMA (Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers).

P.RK

Créé: 11.03.2015, 22h54

Pas de réponse

Dans notre article sur un témoin crucial dans l’affaire HSBC (lire ci-contre), la principale personne concernée, Peter F. Braunwalder, n’est pas citée. Mais nous n’avons évidemment pas omis de tenter de contacter cet ex-président du directoire de HSBC Private Bank (Suisse) SA
Il vit il est vrai dans une relative discrétion depuis environ trois ans. Probablement dans le canton de Berne. Nous ne sommes cependant pas parvenus à le localiser plus exactement.
Peter F. Braunwalder semble s’être passablement retiré des affaires, mais siège encore dans le conseil d’administration de Steiner AG, entreprise générale de construction et société immobilière zurichoise.
Contacté par nos soins à moult reprises, le personnel de cette maison lui a donc aimablement transmis nos messages et nos informations. Nous n’avons toutefois pas reçu de réponse de l’intéressé.

P.RK

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.