«Ici, Sergueï Lavrov sera comme chez lui»

ONUL’architecte Juan Pablo Molyneux a conçu et réalisé le nouveau salon russe du Palais des Nations.

Le salon russe a été inauguré mardi 1er mars par l’architecte de renommée internationale Juan Pablo Molyneux.

Le salon russe a été inauguré mardi 1er mars par l’architecte de renommée internationale Juan Pablo Molyneux. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’architecte de renommée internationale Juan Pablo Molyneux était à Genève pour l’inauguration du nouveau salon russe du Palais des Nations en présence de Ban Ki-moon et du ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Un petit chantier au regard de ses autres réalisations puisqu’il s’agissait de réagencer une pièce de 24 mètres carrés. Ces dernières années, le maître décorateur s’est vu confié, notamment, la décoration du Pavillon des rencontres dans le parc du Palais Constantin près de Saint-Pétersbourg.

A Genève, Juan Pablo Molyneux a essayé de mettre en valeur les traits caractéristiques des mouvements artistiques russes des trois siècles derniers. Le néoclassicisme de la fin du XVIIIe siècle a servi de base au design et la décoration des plafonds fait référence au mouvement avant-garde russe du début du XXe siècle. Le résultat est bluffant. Le décorateur a réussi à faire rentrer un petit bout de Russie dans un bâtiment lourdement marqué par son architecture Art déco. «Ici, Sergueï Lavrov sera comme chez lui», souligne Juan Pablo Molyneux. «Ce salon est petit mais les discussions qui s’y dérouleront pourront être grandes et importantes», a affirmé Ban Ki-moon en découvrant l’endroit. «Quand on n’a pas d’espace, on doit faire quelque chose de raffiné», a expliqué l’architecte, qui a multiplié les références au passé et à l’histoire de la Russie pour que l’endroit dégage une atmosphère propice au dialogue. Les deux tableaux qui se font face, le portrait de Catherine II, «l’Européenne», et le Raphael (une reproduction du tableau exposé au Louvre) représentant Saint-Georges terrassant le dragon, l’emblème de Moscou, sont censés illustrer «le caractère riche éternel de la culture russe». «Il y a ici une relation très délicate entre diplomatie et symbolisme», reconnaît Juan Pablo Molyneux, conscient de livrer les clefs de ce nouveau salon au moment où la diplomatie russe tend à se rendre à nouveau incontournable. Ce salon ne se veut pas seulement esthétique, il se veut aussi pratique. L’architecte y a installé un bureau pour que les occupants puissent, le cas échéant, disposer d’un endroit pour signer des accords. Moscou dispose avec cet espace, dont la rénovation a été financée par le géant russe du nickel Norilsk, d’une ambassade intra-muros pour exercer son influence et jouer les entremetteurs. (TDG)

Créé: 06.03.2016, 19h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...