Passer au contenu principal

Filière suisse pour l’or triste du Burkina

La Déclaration de Berne révèle la véritable origine du métal «togolais» fondu par Valcambi

Des adolescents broient le minerai avant son traitement au mercure ou au cyanure à la mine d’Alga, au Burkina Faso.
Des adolescents broient le minerai avant son traitement au mercure ou au cyanure à la mine d’Alga, au Burkina Faso.
PEP BONET-NOOR, Keystone

La plus importante fonderie d’or de Suisse achète depuis des années de l’or du Togo. Problème, ce pays n’extrait pas de métal jaune. Rendue publique aujourd’hui, une enquête de la Déclaration de Berne a remonté la route de milliers de kilos de cet or «togolais» – entre 7 et 16 tonnes par an sur une décennie — coulé par le tessinois Valcambi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.