Passer au contenu principal

GenèveL'Etat doit «reprendre le contrôle» de l'aéroport

Le syndicat des services publics (SSP) est indigné par les soupçons de corruption à Genève Aéroport. Il demande la mise sous tutelle de l'établissement.

Les actes de corruption présumée qui éclaboussent Genève Aéroport indignent le syndicat des services publics (SSP). Lundi, ce dernier a réclamé l'intervention du Conseil d'Etat, avec la mise sous tutelle de l'établissement et la démission de son conseil d'administration.

Le SSP demande au conseiller d'Etat Serge Dal Busco, responsable du département des infrastructures, «de reprendre le contrôle» de Genève Aéroport. Selon le syndicat, le conseil d'administration ainsi que la direction de l'établissement n'ont pas rempli leur mission.

Le SSP en veut aussi au gouvernement genevois, qui, en sa qualité d'organe de surveillance des institutions de droit public, a donné son aval aux comptes de l'aéroport durant plus de 5 ans. Il demande, en outre, que certains mandats accordés à des entreprises prestataires soient révoqués, car, «entachés d'irrégularités».

Le syndicat rappelle que selon le règlement d'exploitation de Genève Aéroport, les activités qui y sont exercées doivent faire l'objet d'une concession de la part de l'exploitant. Or, constate le SSP, la grande majorité des 11'000 employés sur la plate-forme n'est pas au bénéfice d'une convention collective de travail (CCT).

Le SSP déplore que, «pendant de nombreuses années», l'aéroport se soit «transformé en un laboratoire de privatisation des services publics». Il regrette que «la précarité ait fait son nid» au sein de l'établissement et que son développement se soit réalisé «à l'appui de sous-enchère salariale» et de temps partiels imposés.

Genève Aéroport se trouve en pleines turbulences depuis une semaine et l'interpellation et la mise en détention préventive du chef de son département de la sûreté. Ce cadre est soupçonné de corruption. Le responsable d'une société genevoise ayant obtenu des mandats à l'aéroport a aussi été prévenu et est sous les verrous.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.