De Bethune SA a licencié neuf employés au printemps

IndustrieL’entreprise horlogère vaudoise, dotée d’une succursale à Genève, a diminué de moitié ses effectifs en six mois.

La succursale genevoise de De Bethune SA située à la place de Longemalle.

La succursale genevoise de De Bethune SA située à la place de Longemalle. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Neuf employés de plus ont été licenciés au printemps chez De Bethune SA. L’entreprise horlogère vaudoise, dotée d’une succursale à Genève, comptait encore 42 collaborateurs en octobre. Ses effectifs se limitent aujourd’hui à vingt-trois personnes. La directrice exécutive de De Bethune SA, Estelle Tonelli, ne dément certes pas des difficultés de trésorerie, mais nie toute menace pesant sur la pérennité de la société: «Notre repositionnement stratégique justifie en plus de grandes ambitions.»

De Bethune SA, domiciliée à L’Auberson, hameau du Jura vaudois proche de Sainte-Croix, a vu le jour en 2002. En quelque sorte un nouveau-né dans l’industrie horlogère helvétique. Cette entreprise a été fondée par deux passionnés: David Zanetta, président et curateur, et Denis Flageollet, maître horloger. «Ces entrepreneurs sont poussés par la volonté d’être libres dans leurs créations et de dépasser les limites», relève Estelle Tonelli. Les plus ardentes convictions ne garantissent cependant pas une protection absolue face à l’adversité conjoncturelle.

Des divergences de vue seraient ainsi apparues entre les deux actionnaires-fondateurs et le précédent directeur général: Pierre Jacques, parti en novembre et dirigeant depuis le début de l’année la maison neuchâteloise Manufacture contemporaine du temps (MCT) SA. «Aujourd’hui. Il n’est plus question d’augmenter les volumes et la distribution. Ou d’accepter des concessions de qualité pour tenter des prix à vocation commerciale», prévient Estelle Tonelli. La directrice exécutive a en revanche tenu à promouvoir une cohérence des prix: «Ceux-ci ont donc augmenté. Ils commencent autour de 80 000 francs.»

Mais De Bethune SA parie avant tout sur la cohérence de ses produits, entièrement voués à l’excellence et l’authenticité. Pas moins de 90% de leurs composants proviennent de la manufacture de L’Auberson. Celle-ci démontre en plus d’énormes capacités d’innovation: à l’instar de vingt-cinq calibres développés en quatorze ans. Forte de sa créativité et de son savoir-faire, De Bethune SA convainc les experts les plus exigeants: elle a en effet décroché l’aiguille d’or en 2011 et le prix du meilleur chronographe en 2014 au Grand Prix de l’horlogerie de Genève.

Au début de cette année, portée par le succès de ses horlogers, De Bethune SA a bien entendu participé à la grande première du Carré des horlogers. Un nouvel écrin du Salon international de la haute horlogerie (SIHH) de Genève, ouvert à neuf horlogers indépendants. De Bethune SA y était entouré, entre autres, de Moser & Cie, Christophe Claret, Hautlence, Urwerk et Kari Voutilainen. Estelle Tonelli tire un bilan fort pragmatique de cette expérience: «Nous avons certes bénéficié d’un gain en visibilité. Quelque 2000 journalistes sont accrédités au SIHH. Mais en termes de ventes les résultats ont été plus mitigés!»

Et c’est bien dans ce domaine que se situent les incertitudes entourant De Bethune SA. Divers connaisseurs de la branche estiment que l’entreprise souffre en particulier de baisse des ventes sur les marchés chinois et russes. La direction indique cependant que ses principales forces commerciales se concentrent en Italie et à Singapour. «Une jeune marque comme De Bethune souffre d’un manque de notoriété et un tel profil rend évidemment la situation plus difficile. Nos divers efforts devraient néanmoins porter leurs fruits rapidement», évalue Estelle Tonelli. (TDG)

Créé: 10.05.2016, 16h41

Articles en relation

Moins d'une centaine de licenciements chez Richemont

Horlogerie Selon le syndicat Unia, les négociations avec les dirigeants ont permis de «limiter la casse» pour les employés des trois marques concernées. Plus...

Les exportations suisses freinées, mais pas en péril

Industrie horlogère La chute des ventes à Hongkong, principal marché des montres suisses, explique le recul de 3,3% sur l’année 2015. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...