Passer au contenu principal

SanitairesLe bénéfice net de Geberit plombé

Alors que le spécialiste saint-gallois enregistre de très bonnes ventes, son bénéfice a chuté en raison de l'acquisition du finlandais Sanitec.

Geberit a aussi souffert du franc fort.
Geberit a aussi souffert du franc fort.
Keystone

Geberit annonce un bénéfice net en chute de 18,2% en l'espace d'un an à 338,4 millions de francs.

Ajusté des coûts de transaction, d'intégration et de financement au titre de la reprise en février de Sanitec, le bénéfice net est aussi ressorti en baisse, soit de 3,8% à 397,8 millions de francs, a précisé lundi l'entreprise établie à Rapperswil-Jona. Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) a diminué de 13,3% à 413,9 millions.

Sans tenir compte des charges liées à Sanitec, l'EBIT s'est en revanche amélioré de 1,3%, à 483,3 millions de francs. Egalement ajusté, le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) a aussi progressé, soit de 4% à 557,1 millions de francs. La marge correspondante s'est contractée de 33,1 à 28,2%.

Les ventes ont quant à elles bondi de 21,8% à 1,97 milliard de francs. A taux de change et périmètre de consolidation constants, les revenus de Geberit ont augmenté de 2,1%. Soulignant l'impact de l'appréciation du franc après la suppression à mi-janvier par la Banque nationale suisse du taux plancher liant franc et euro, l'entreprise de Suisse orientale fait aussi part d'un environnement de marché difficile.

Moins bien qu'attendu

Le renchérissement du franc a ainsi pesé à hauteur de 162,0 millions de francs, alors que les ventes de Sanitec, société consolidée depuis février, ont contribué à hauteur 481,0 millions. Sur le seul 3e trimestre, les revenus se sont hissés à 665 millions de francs, en hausse de 25,3% au regard de la période correspondante de 2014.

La performance de Geberit sur les neuf premiers mois s'est révélée en tous points inférieure aux attentes des analystes. Interrogés par l'agence awp, ces derniers tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires de 1,99 milliard de francs, un EBIT de 442 millions et un bénéfice net de 355 millions, en chiffres non ajustés.

Et la sanction des investisseurs ne s'est pas faite attendre. Vers 11h à la Bourse suisse, le titre Geberit abandonnait 2,56% à 323,50 francs, dans un marché des valeurs vedettes dont l'indice Swiss Market Index (SMI) se repliait lui de 0,24%.

Dans le détail, les ventes ont présenté une évolution favorable dans toutes les régions, avec de fortes hausses au Proche-Orient et en Afrique ( 25,3%) et dans les Amériques ( 9,9%). Les revenus ont en revanche progressé moins vigoureusement en Extrême-Orient/Pacifique ( 1,8%) ainsi qu'en Europe ( 1,3%).

Objectifs confirmés

Evoquant ses perspectives, Geberit a confirmé ses prévisions pour l'exercice en cours, soit une croissance organique du chiffre d'affaires de 2 à 3%, hors effets de change. Les ventes de Sanitec devraient être inférieures à celles de 2014, hors effets monétaires. La marge EBITDA devrait atteindre 26%.

Conséquence de l'intégration de Sanitec, notamment, Geberit a adapté ses objectifs à moyen terme. D'ici 2018, l'entreprise de Rapperswil-Jona vise une croissance de ses revenus en monnaies locales de 4 à 6% par an.

Geberit mentionne encore dans son communiqué disposer au 30 septembre de 469'000 de ses propres actions, soit le quart du volume total que le groupe a prévu d'acquérir dans le cadre d'un programme de rachat de titres se montant au total à 150,6 millions de francs.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.