Moscou derrière le piratage du Bundestag

AllemagneSelon la presse allemande, le piratage informatique de la Chambre basse du Parlement en 2015 était piloté par la Russie.

L'attaque avait vu le piratage pendant plusieurs semaines d'affilée des serveurs du Bundestag.

L'attaque avait vu le piratage pendant plusieurs semaines d'affilée des serveurs du Bundestag. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le piratage informatique à grande échelle en 2015 du Bundestag, Chambre basse du Parlement allemand, était piloté par le gouvernement russe, affirme dans le Spiegel samedi un haut fonctionnaire allemand, sous couvert d'anonymat.

L'attaque, qui avait vu le piratage pendant plusieurs semaines d'affilée des serveurs du Bundestag, «était clairement le fait d'un service secret militaire russe», selon ce «fonctionnaire haut placé des services de sécurité» cité dans la dernière édition de l'hebdomadaire.

Selon le Spiegel, le Parquet général fédéral, basé à Karlsruhe (sud), enquête officiellement sur l'affaire depuis mi-janvier.

Les révélations du Spiegel arrivent à un moment critique de la relation germano-russe, déjà sévèrement mise à mal par la crise en Ukraine et à laquelle l'imbroglio autour du prétendu viol en Allemagne d'une adolescente germano-russe a porté un coup supplémentaire tout récemment.

(afp/nxp)

Créé: 30.01.2016, 10h30

Articles en relation

La Maison-Blanche nie une implication russe

Piratage La chaîne CNN avançait que la Russie aurait été derrière l'attaque qui avait frappé en octobre 2014 le système informatique du département d'Etat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.